|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Coralie Payre-Ficout


Maître de conférences

Coordonnées personnelles

Publications

2018


  • Payre-Ficout, C., Jouannaud, M. - P., & Loiseau, M. (2018). Entre méthode expérimentale et recherche-développement : un jeu pour développer la compréhension de l’oral au primaire. Dans Les MThodologies De La Recherche Dans Le Domaine De L’Acquisition Et De L’Apprentissage Des Langues Secondes. Montpellier. Consulté de https://amaedmon.wixsite.com/slamethodmontpellier/program
  • Picardo, E., Payre-Ficout, C., Germain-Rutherford, A., & Townend, N. (2018). LINCDIRE : une approche actionnelle pour des compétences plurilingues et pluriculturelles. Les Langues Modernes, Texte littéraire et enseignement des langues : enjeux formatifs(1).
    Résumé : Cet article propose une nouvelle vision de l’éducation aux langues. Après une présentation du projet LINCDIRE (LINguistic and Cultural DIversity REinvented) et de ses fondements épistémologiques, ainsi que du modèle théorique qui a été développé, nous nous intéresserons à l’élaboration de deux scénarios d’enseignement/apprentissage des langues secondes/étrangères : un scénario d’allemand pour des élèves canadiens du secondaire et un scénario d’anglais pour de jeunes écoliers francophones. Pour chacun des deux contextes institutionnels, nous exposerons les rôles et les enjeux de l’utilisation des scénarios basés sur le modèle élaboré au cours du projet LINCDIRE.

2017

2013

  • Jouannaud, M. - P., & Payre-Ficout, C. (2013). Favoriser l'autonomie en apprentissage des langues : l'exemple de deux dispositifs pour les futurs professeurs des écoles. Les Langues Modernes, Apprendre à s’autoformer en langues : approches créatives et outils numériques(4).
    Résumé : La réforme de la formation des enseignants du premier degré en 2010 a apporté un changement important dans le domaine des langues étrangères : les futurs professeurs du primaire doivent justifier, pour être titularisés, d’un certificat en langues d’un niveau de qualification correspondant au moins au niveau B2 du CECRL (décret n° 2012-999). Cette obligation a disparu en 2013 mais « l’aptitude à maîtriser au moins une langue vivante étrangère » (généralement interprétée comme une exigence de niveau B2) demeure exigible, comme pour tous les Masters. La préparation à une certification de niveau B2 dans les cinq activités de communication langagières constitue un enjeu important. L’autre défi majeur de cette formation est l’articulation entre la formation didactique et la formation linguistique. Nous proposons dans cet article un retour sur expérience et la mise en perspective de deux dispositifs de formation en anglais pour les étudiants de Master préparant le concours de professeurs des écoles. Mis en place dans deux contextes différents, ces dispositifs combinant enseignement/apprentissage à distance et en présentiel présentent un ensemble de pratiques innovantes et visent à développer la prise d’autonomie de l’apprenant.

2011

  • Payre-Ficout, C. (2011). Conception et mise en place d’un dispositif hybride pour accompagner les étudiants de première année LCCE dans leur acquisition de l’anglais. Les Cahiers De L'apliut, 30(1), 102-117.
    Résumé : Cet article rend compte d’une recherche-action entreprise auprès d’étudiants francophones de première année de Langue Littérature Civilisation Étrangère (LLCE) option anglais de l’université de Grenoble. Son objectif est de faire état d’un dispositif de formation hybride visant à pallier les difficultés d’étudiants spécialistes. Ce dispositif, soutenu par les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), a été conçu et expérimenté à la rentrée 2008 afin de lutter contre un fort taux d’échec à la fin de la première année de licence, souvent lié à un niveau en langue insuffisant. La conception de ce dispositif d’accompagnement s’est fortement inspirée des outils utilisés au département LANSAD auprès de spécialistes d’autres disciplines. Mis en place dans un contexte universitaire où les pratiques d’utilisation des TIC étaient souvent réduites au présentiel enrichi par l’usage de supports multimédia, le dispositif proposé apparaît comme un ensemble de pratiques innovantes : positionnement des étudiants, travail à distance en petits groupes tutorés via une plateforme et des ateliers de conversation.

2009

2007

2006

  • Payre-Ficout, C. (2006). L’apprentissage du prétérit anglais par de jeunes Français : un temps pas si simple !. Cahiers De L'afls, 12(2), 20-30.
    Résumé : L’emploi du Prétérit simple (P) et du Present Perfect (PP) anglais a été le sujet de nombreux articles et débats. Les théories du parfait ont fait coulé beaucoup d’encre que ce soit chez les linguistes anglo-saxons ou chez les théoriciens français. D’un point de vue sociolinguistique, de nombreux auteurs ont démontré que l’opposition P / PP était sujette à la variation. En effet, plusieurs auteurs ont souligné un réel décalage entre d’une part l’emploi de P et de PP tel qu’ils sont présentés par la grammaire normative et d’autre part l’emploi réel de ces formes verbales par des locuteurs de la langue anglaise (Schottman, 1997 ; Engel, 1998). Ainsi, la tendance en anglais américain à utiliser P dans des contextes exigeant PP est considérée comme un point de différence entre l’anglais britannique et l’anglais américain. De récentes études ont démontré que l’opposition P/PP commençait à évoluer en anglais britannique standard et en anglais australien (Engel et Ritz, 2000), chaque variété d’anglais développant ces propres tendances. Nous avons mené une tache de jugement d’acceptabilité auprès d’une trentaine de sujets adultes britanniques éduqués. Nous avons observé l’acceptabilité de deux tendances notées en anglais britanniques standard : l’utilisation du PP avec des locutions temporelles passées, emploi traditionnellement attribué à P et l’emploi de P avec l’adverbe already, adverbe habituellement, associé à PP. Les résultats de cette recherche permettront de pointer les similarités et différences avec de précédentes études, de proposer des pistes didactiques pour l’enseignement de P et de PP en anglais langue étrangère en accord avec la norme native c'est-à-dire son emploi par les locuteurs anglais tout en prenant en compte les difficultés des apprenants français dans l’apprentissage de cette forme verbale (centration sur la forme des formes verbales du français au détriment de l’usage du temps anglais).

2004

--- Exporter la sélection au format