|Site de l'université Grenoble Alpes|

Jean-Pierre Chevrot


Thématiques de recherche

  • Intégration des différents niveaux linguistiques (phonologie, lexique, morphosyntaxe) dans le développement
  • Sociolinguistique développementale : acquisition des variétés dialectales et des facteurs de la variation, intégration des aspects sociaux, cognitifs, linguistiques
  • Modélisation dans le cadre des Théories Basées sur l’Usage

Coordonnées personnelles

Mail : jean-pierre.chevrot@u-grenoble3.fr



  • Buson, L., Nardy, A., Muller, D., & Chevrot, J. - P. (2018). The sociolinguistic repetition task: A new paradigm for exploring the cognitive coherence of language varieties. Topics In Cognitive Science. Consulté de https://hal.inria.fr/hal-01674578
    Résumé : Sociolinguistic studies generally focus on specific sociolinguistic variables. Consequently they rarely examine whether different sociolinguistic variables have coherent orientation in a specific language variety (a social or a regional dialect) or whether the speakers freely mix sociolinguistic variants. While different attempts have been made to identify coherence and mixing in the production or perception of dialects, our aim is to answer this question at the level of the cognitive representation of varieties. For this purpose, we draw on the phenomenon of sociolinguistic restoration: when they repeat sociolinguistically mixed utterances, people tend to make them homogeneous. The first experiment—a repetition task—reproduced sociolinguistic restoration in an experimental setting. The second experiment—a judgment task—ensured that participants perceived the difference between homogeneous and mixed utterances. We conclude that high-order coherent representation influences the reconstruction of utterances during the repetition task.


  • Buson, L., Nardy, A., Souque, A., Charles, E., & Chevrot, J. - P. (2017). Acquisition of sociolinguistic style – Exploring how children process variation. Dans Many Paths To Language (Mpal). Nijmegen, Netherlands. Consulté de https://hal.inria.fr/hal-01675950

  • Chevrot, J. - P., Nardy, A., Ghimenton, A., Fleury, E., & Karsai, M. (2017). Language acquisition and sociolinguistic variation: the social, the cognitive, and the network. Dans Variation In Language Acquisition (Vila3). Salzburg, Germany: University of Salzburg. Consulté de https://hal.inria.fr/hal-01456304
    Résumé : Bringing cognitive and social approaches under the same focus is becoming a desirable goal should one want to gain a better understanding of the process of language acquisition (Hulstijn et al., 2014, Chevrot & Nardy, to appear). Three ways for combining the social and the cognitive can be envisaged: the social approach to cognition, the cognitive approach to the social, the collective cognition approach (Kaufmann & Clément, 2011). This third way emphasizes the interaction between the individual and the collective levels (Dupuy, 2004): individuals with social and cognitive characteristics interact with one another under social and cognitive constraints. Each individual’s characteristics may evolve due to the interactions with others and the resulting changes may in turn modify the constraints (Hruschka et al., 2009). This framework leads to a better integration of cognitive, social and linguistic issues at the collective and individual levels. The aim of our contribution is to defend that the concept of social network is a tool for implementing this framework. Indeed, social network describes the social links (the connections) while maintaining linguistic and cognitive information about the units (the nodes). Moreover, it explores the explanatory power of the bidirectional interaction between the individual level and the collective level. We will illustrate this framework by discussing research conducted in different language situations (multilingual/multidialectal) where the complex interaction between the linguistic, the social and the cognitive levels is particularly relevant in the process of acquisition of variation: in preschoolers (Nardy, Chevrot & Barbu, 2014), in preteens and adolescents (Barbu, Martin, & Chevrot, 2014; Ghimenton & Volpin 2014), within the family (Martin, Chevrot & Barbu, 2010; Ghimenton, 2015) and among Chinese and American students during a study abroad stay in France (Gautier & Chevrot, 2015). References Barbu, S., Martin, N. & Chevrot, J.-P. (2014). The maintenance of regional dialects: a matter of gender? Boys, but not girls, use local varieties in relation to their friends’ nativeness and local identity. Frontiers in Psychology. 31 October 2014. Chevrot, J.-P. & Nardy, A. (to appear). Sociolinguistique et sciences cognitives : promesses d’une rencontre inattendue. In Côté, M.-H., Durand, J., Lyche, C., Peuvergne, J. (eds). Dynamiques linguistiques : variation, changement et cognition, Presses universitaires de Paris Ouest. Dupuy, J.-P. (2004). Vers l’unité des sciences sociales autour de l’individualisme méthodologique complexe. Revue du MAUSS, 24(2), 310-328. Gautier, R. & Chevrot, J.-P. (2015). Social networks and acquisition of sociolinguisitc variation in a study abroad context : a preliminary study, In Mitchell, Rosamond, Tracy-Ventura, Nicole & McManus, Kevin (Eds), Social interaction, identity and language learning during residence abroad, Eurosla Monographs series, 4, 169-184. Ghimenton. A. (2015, first published online on November 18, 2013). Reading between the code choices: Discrepancies between expressions of language attitudes and usage in a contact situation. International Journal of Bilingualism.19: 115-136. Ghimenton, A. & Volpin, L. (2014). Choix stylistiques plurilingues, catégorisation et construction de sens: étude exploratoire dans une école professionnelle de Vénétie (Italie). Lidil, 50, 63-79. Hruschka, D. J., Christiansen, M. H., Blythe, R. A., Croft, W., Heggarty, P., Mufwene, S. S., Pierrehumbert, Janet B., Poplack, S. (2009). Building social cognitive models of language change. Trends in Cognitive Sciences, 13(11), 464–469. Hulstijn, J. H., Young, R. F., Ortega, L., Bigelow, M., DeKeyser, R., Ellis, N. C., Lantolf, J. P., Mackey, A., Talmy, S. (2014). Bridging the Gap. Studies in Second Language Acquisition, 36(03), 361–421. Kaufmann, L., & Clément, F. (2011). L’esprit des sociétés. Bilan et perspectives en sociologie cognitive. In L. Kaufmann & F. Clément, La sociologie cognitive, Ophrys (pp. 7–40). Martin, N., Chevrot, J.-P., & Barbu, S. (2010). Stylistic variations in the social network of a 10-year-old child: Pragmatic adjustments or automatic alignment? Journal of Sociolinguistics, 14(5), 678–692. Nardy, A., Chevrot, J.-P., & Barbu, S. (2014). Sociolinguistic convergence and social interactions within a group of preschoolers: A longitudinal study. Language Variation and Change, 26(03), 273–301.

  • Dugua, C., Nardy, A., Liégeois, L., Chevrot, J. - P., & Chabanal, D. (2017). L'acquisition des liaisons après les clitiques préverbaux est-elle spécifique ? Apport d'une expérimentation à grande échelle. Journal Of French Language Studies, 27(01), 73 - 86. doi:10.1017/S0959269516000387
    Résumé : L'acquisition des liaisons est bien documentée et a donné lieu à plusieurs théorisations, dont un modèle basé sur l'usage, essentiellement étayé sur des données expérimentales recueillies en contexte déterminant-nom. Notre but est d'examiner si ce modèle est généralisable à la liaison après les clitiques verbaux, deuxième grand contexte de liaison catégorique. Nous observons les productions de 205 enfants âgés de 3 à 6 ans recueillies dans le contexte de tâches expérimentales. L’étude permet de poser des repères sur l'acquisition de la liaison préverbale et de la comparer à la liaison prénominale.

  • Mangold, P., Léo, Y., Chevrot, J. - P., Fleury, E., Karsai, M., Magué, J. - P., et al. (2017). Optional realization of the French negative particule (ne) on Twitter: Can big data reveal new sociolinguistic patterns? Dans Iclave 9 2017 - International Conference On Language Variation In Europe. Malaga, Spain. Consulté de https://hal.inria.fr/hal-01456302
    Résumé : From the outset, sociolinguistics has taken the question of data seriously (Labov, 1975). It is thus not surprising that the field recently joined the movement of computational social sciences (Lazer et al., 2009) that results from the ability to collect and model vast digital datasets concerning the behavior of individuals in collective contexts. The emerging field of computational sociolinguistics (Nguyen et al., 2016) works on data resulting from the use of sensors (proximity sensors, wearable recorders) or the digital communication that permits automatic, ongoing and unsupervised recording through the collection of traces on the web, social media or portable terminals. This paper aims at illustrating how large datasets including language and social links reveal sociolinguistic patterns that could remain invisible with smaller samples. More precisely, the dataset includes 100 million of tweets authored by 1 million of users, combined with the follower links between them. The tweets are written in French and the sample represents 10% of the production in the GMT+1 time zone between June 2014 and July 2016. We examine (ne), a sociolinguistic variable of French: optional realization of the first morpheme of the negation (Je fume pas vs. Je ne fume pas, I do not smoke) for three reasons : (ne) is a well-documented sociolinguistic marker of spoken French (Armstrong et Smith, 2002, inter alia) ; realization and omission of (ne) are visible in the written tweets; (ne) is always realized in the standard writing, which allows an assessment of the adherence of the users to the writing norm. We will present the empirical procedures for extracting the tweets that include a negative construction and for constructing a social network based on the reciprocal mentions between users. We will then focus on three results: 1/ The overall score of (ne) realization and its regional variation in France (approx. 16% in the North and 28% in the South); 2/ A never before seen pattern showing a very regular variation of (ne) realization according to the time of day, every day in the week (increase in the morning, decrease during the night); 3/ The observation that users with high scores interact frequently with each other. The discussion focusses on the sociolinguistic meaning of the results, including the close examination of the risk of bias. Finally, we will defend that thick data should combine with big data in order to explain such patterns (Wang, 2013).

  • Nardy, A., Chevrot, J. - P., Fleury, E., & Karsai, M. (2017). Social interactions and language development at preschool: benefits from interdisciplinarity and big data. Dans Many Paths To Language (Mpal). Nimègue, Netherlands. Consulté de https://hal.inria.fr/hal-01676764


  • Harnois-Delpiano, M., Chevrot, J. - P., & Cavalla, C. (2016). Etude contrastive de l’acquisition de la liaison en L1 et L2. Dans F. - J. Meißner, H. Martinez, & S. Wauquier (éD.), Actes Du Xxviie Congrs International De Linguistique Et De Philologie Romanes (Nancy, 15-20 Juillet 2013). Section 12 : Acquisition Et Apprentissage Des Langues.. Nancy, ATILF. Consulté de http://www.atilf.fr/cilpr2013/actes/section-12/CILPR-2013-12-Harnois_Delpiano-Chevrot-Cavalla.pdf
    Résumé : La liaison est un phénomène de sandhi du français qui a déjà fait l’objet de nombreuses études dans le domaine de la phonologie (pour un bilan général : Durand et al., 2011). Dans le cadre psycholinguistique, de récents travaux concernent l’acquisition de la liaison en L1 et L2. Ils mettent en avant deux modèles du processus d’acquisition : 1/ le modèle constructionniste qui rend compte de l’alternance par une compétition entre constructions dans le cadre des théories basées sur l’usage (Chevrot, Dugua & Fayol, 2009 et Nicoladis & Paradis, 2011) ; 2/ le modèle phonologique qui explique l’alternance par un dispositif phonologique dans le cadre de représentations multilinéaires (Wauquier, 2009). Cet article se propose de présenter les résultats d’une analyse contrastive concernant la production de liaisons dans les mêmes contextes de liaisons catégoriques «déterminant + nom» et de liaisons variables «adjectif + nom» chez des enfants francophones natifs (L1) âgés de 2 à 6 ans et chez des apprenants coréens de FLE (L2) qui ont été au centre d’un suivi longitudinal durant un an.

  • Nardy, A., Fleury, E., Chevrot, J. - P., Karsai, M., Buson, L., Bianco, M., et al. (2016). DyLNet – Language Dynamics, Linguistic Learning, and Sociability at Preschool: Benefits of Wireless Proximity Sensors in Collecting Big Data (No. ANR-16-CE28-0013). Consulté de https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01396652


  • Barbu, S., Nardy, A., Chevrot, J. - P., GUELLAÏ, B., Glas, L., & LEMASSON, A. (2015). Sex differences in language across early childhood: family socioeconomic status does not impact boys and girls equally. Frontiers In Psychology : Section Language Sciences, 6(Article 1874). doi:10.3389/fpsyg.2015.01874
  • Bezinska, Y., Chevrot, J. - P., & Novakova, I. (2015). Acquisition de la causativité chez des enfants français et bulgares âgés de 3 à 6 ans : complexité syntaxique ou complexité sémantique ?. Présenté à AFLiCo 6 Language, Cognition and Society, 26-28 mai 2015, Grenoble.
  • Buson, L., Chevrot, J. - P., Nardy, A., & Abouzaïd, M. (2015). Catégorisation cognitive des styles sociolinguistiques : mise en évidence du phénomène de restauration stylistique par une tâche de répétition. Présenté à Sixième Colloque International de l’Association Française de Linguistique Cognitive (AFLiCo VI) : Langage, Cognition et Société, Grenoble.
  • Chevrot, J. - P., Nardy, A., Fleury, E., Karsai, M., & Magué, J. - P. (2015). Sociolinguistique et sciences cognitives : l’individu, le collectif et le réseau. Présenté à Journées FLORaL-PFC 2015 : PFC dans le champ phonologique, Paris.

  • Dugua, C., & Chevrot, J. - P. (2015). Acquisition des liaisons prénominales : complémentarité des approches transversale et longitudinale. Lidil. Revue De Linguistique Et De Didactique Des Langues, Acquisition du langage et phonologie : Méthodes, objets, enjeux théoriques(51), 35-63. Consulté de http://lidil.revues.org/3695
    Résumé : Le présent article concerne l’acquisition des liaisons prénominales qui apparaissent en français entre les déterminants et les noms. Nous présentons d’abord un modèle constructionniste d’acquisition de ces liaisons qui prend appui sur les principes des théories basées sur l’usage et les grammaires de construction. Cet ancrage théorique nous permet de traiter la liaison comme un phénomène non seulement phonologique, mais aussi comme un moyen d’accéder à des questions plus larges telles que la segmentation des mots nouveaux et la mise en place de la structure de base du groupe nominal. Du point de vue méthodologique, nous défendons l’idée que l’étude de l’acquisition des liaisons a bénéficié du croisement de différentes approches : études de cas fondées sur des corpus, relevé longitudinal des erreurs enfantines, tâches expérimentales sollicitant des jugements ou la production de liaisons ciblées, expériences d’amorçage et chronométrie mentale. Plusieurs de ces méthodes ont été mises en œuvre sur d’importants échantillons d’enfants lors d’études transversales. Dans cet article, nous présentons le suivi longitudinal de 20 enfants entre 2 et 6 ans. Ils participent à quatre tâches explorant différents aspects de la liaison. Les tendances longitudinales sont mises en perspective avec les résultats d’une étude transversale incluant 200 enfants de la même période biographique.

  • Nardy, A., Chevrot, J. - P., & Barbu, S. (2015). Variation sociophonétique et acquisition du langage : repères, débats, perspectives. Langage Et SociT, 1(151), 184. doi:10.3917/ls.151.0027

  • Santos, G. V. dos, Chevrot, J. - P., & Buson, L. (2015). O ensino-aprendizagem da sociolinguística em fle: uma reflexão baseada na representação cognitiva do estilo. Revista Letras Raras, 4(1), 122-141. Consulté de http://revistas.ufcg.edu.br/ch/index.php/RLR/article/view/398
    Résumé : Seguindo as premissas de Labov (1972), os estudos sobre a variação estilística exploram os fatores que influenciam a escolha das variantes sociolinguísticas (omitir ou não o ne de negação em língua francesa) em função do contexto social. Enquanto essa capacidade é adquirida aos três anos de idade em língua materna (NARDY et al., 2013), os trabalhos em língua segunda (L2) sugerem que a variação sócio-estilística dos alunos em função do contexto social ainda não é conhecida. (REGAN; DEWAELE, 2012; REGAN, 1995, 1996, 1997; HOWARD, 2004; GAUTIER; CHEVROT, 2012). Entretanto uma experiência didática mostra que o ensino explícito das variáveis sociolinguísticas contribui para o desenvolvimento da consciência do estilo dos não-nativos (VAN COMPERNOLLE, 2013). Para averiguar as representações cognitivas do estilo em L2, nós adaptamos o método experimental elaborado por Buson e al. (2014) para nativos. O teste foi aplicado a 67 estudantes sinófonos e anglófonos de FLE (nível intermediário) em intercâmbio na França. O objetivo de nosso estudo é conhecer a representação do estilo sociolinguístico dos alunos e os fatos que influenciam sua construção. Nossa reflexão se articula em torno das representações cognitivas dos estudantes e do impacto que elas apresentam no processo de aquisição da norma sociolinguística da língua-alvo.


  • Barbu, S., Glas, L., Ghellaï, B., Nardy, A., Chevrot, J. - P., & Lemasson, A. (2014). Family socioeconomic status and gender influences on children’s verbal skills and sociolinguistic uses: A developmental perspective across the preschool years. Présenté à 13th International Congress for the Study of Child Language, Amsterdam, 14-18 juillet.

  • Barbu, S., Guellaï, B., Glas, L., Nardy, A., Chevrot, J. - P., & Lemasson, A. (2014). Langage, genre et origine sociale : quelles influences au cours de la petite enfance ? Dans 10èmes Rencontres Poitevines De Psychologie Scolaire : €L'Cole En Tous Genres : Des DiffRences Aux Discriminations'. Poitiers, France: Association des Psychologues de l'Éducation Nationale de la Vienne (ADPEN-86) and Université de Poitiers. Consulté de https://hal-univ-rennes1.archives-ouvertes.fr/hal-01332645
    Résumé : Au cours de la petite enfance, une grande variabilité s’observe dans l’acquisition du langage. Le genre et l’origine sociale sont régulièrement pointés comme des facteurs importants de variation. Cependant, peu d’études considèrent les possibles interactions entre ces facteurs – le milieu social a-t-il la même influence sur les filles et les garçons, les différences liées au genre s’observent-elles quel que soit le milieu social, et leur dynamique développementale. En proposant une tâche de dénomination d’images à des enfants de milieux sociaux contrastés, nous avons étudié comment les enfants acquièrent entre 2 et 6 ans une alternance phonologique fréquente en français : les liaisons. Les liaisons représentent un défi dans la segmentation des mots, entrainant de fréquentes erreurs chez le jeune enfant (des nânes). Concernant les liaisons obligatoires (produites de façon systématique par les adultes), des différences liées au genre apparaissent chez les enfants de milieu ouvrier, mais non chez les enfants de cadres : les garçons de milieu ouvrier présentent les scores les plus bas, même si ces différences s’effacent avec l’âge. Les liaisons facultatives (variables selon les caractéristiques du locuteur) font apparaître avec l’âge les différences sociales observées chez les adultes, mais pas de différence liée au genre. Ces résultats soulignent la nécessité d’adopter sur ces questions une approche différentielle et développementale afin de mieux comprendre les processus en jeu dans l’acquisition du langage.
  • Barbu, S., Martin, N., & Chevrot, J. - P. (2014). Usages des dialectes régionaux dans le réseau amical : une affaire de gars ?!. Présenté à Colloque de la société française pour l'étude du comportement animal, 8-10 juillet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

  • Buson, L., Chevrot, J. - P., Nardy, A., & Abouzaïd, M. (2014). Catégorisations et représentations du style : les variétés stylistiques existent-elles ? Dans (Vol. 8, p. 1407-1418). Présenté à 4e édition du Congrès Mondial de Linguistique Française (CMLF), Berlin, 19-23 juillet 2014. Consulté de http://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/pdf/2014/05/shsconf_cmlf14_01149.pdf
  • Buson, L., Chevrot, J. - P., Nardy, A., & Abouzaïd, M. (2014). Catégorisations et représentations sociolinguistiques : les variétés stylistiques existent-elles ?. Présenté à Congrès Mondial de Linguistique Française, Université Libre de Berlin, Berlin (Allemagne).
  • Chevrot, J. - P. (2014). Acquisition du langage et variation sociolinguistique : données et réflexions théoriques pour un domaine en émergence. Conférence invitée, Université Laval, Québec, Canada, 22 mai.
  • Chevrot, J. - P. (2014). Acquisition du langage et variation sociolinguistique: émergence d’un domaine entre sciences cognitives et sciences sociales. Séminaire de laboratoire présenté à Gipsa Lab (UMR 5216), Département Parole et Cognition, Grenoble, 31 janvier.
  • Chevrot, J. - P. (2014). Acquisition du langage et variétés sociales des langues : quand la sociolinguistique rencontre l’éthologie. Séminaire IUF présenté à Rencontre des membres grenoblois de l’IUF, 19 juin, MSH Alpes, Grenoble.
  • Chevrot, J. - P. (2014). L’acquisition du langage oral : entre cognition et socialisation. Présenté à Journées Actualité de la recherche sur les apprentissages et handicaps scolaires : enjeux et actions de prévention (organisée par la SFR Santé et Société en direction des acteurs sociaux et scolaires), Centre Régional de Documentation Pédagogique, 4 juin.
  • Chevrot, J. - P., Siccardi, A., Parisse, C., & Spinelli, E. (2014). Multiword sequences and phonological variants in the lexicon: What can we learn from the acquisition of prenominal liaison in French?. Présenté à 19th Biennial International Conference on Infant Studies, Berlin (Allemagne).
  • Gautier, R., & Chevrot, J. - P. (2014). Influence of social network on sociolinguistic competence in second language acquisition. Présenté à International Association of Applied Linguistics World Congress, Brisbane, Australia.
  • Gilchrist, C., & Chevrot, J. - P. (2014). Snap Judgement: l'influence de l'origine ethnique - réelle ou imaginée - sur les évaluations des compétences en langue étrangère. Séminaire de laboratoire présenté à Séminaire du Laboratoire de Linguistique et Didactique des Langues Etrangères et Maternelles, 26 mars, Grenoble.
  • Gilchrist, C., & Chevrot, J. - P. (2014). Snap Judgment: Influences of Ethnicity on Judgments of Oral Language Proficiency. Présenté à Lacus Conference, University of British Columbia, Vancouver, Canada, 6-9 august.

  • Harnois-Delpiano, M., Chevrot, J. - P., & Cavalla, C. (2014). Méthodologie d’une étude contrastive de l’acquisition en français L1 / L2. Présenté à Informal Research Group Conference, 06-07 février 2014, Institut de Plurilinguisme. Fribourg, Suisse. Consulté de http://tinyurl.com/mhd-2014a
    Résumé : Les récentes études sur l’acquisition de la liaison en langue 1 et en langue 2 tendent à montrer que la principale différence entre les locuteurs natifs et les apprenants de Français Langue Seconde ou Etrangère ne résiderait pas dans la performance globale mais dans la nature des erreurs de production concernant les liaisons obligatoires (Thomas, 2002) et dans la fréquence de non réalisation de la liaison facultative selon les contextes (Howard, 2005). Cette communication se propose de présenter la méthodologie d’une analyse contrastive concernant la production et le jugement d’acceptabilité de liaisons dans les mêmes contextes «déterminant + nom» et «adjectif + nom» chez des enfants francophones natifs (L1) âgés de 2 à 6 ans et chez des apprenants coréens de FLE (L2) qui ont été au centre d’un suivi longitudinal durant un an. Plusieurs contraintes ont conditionné le choix de la méthode de recueil de données. En effet, les sujets de conversation des adultes sont très différents de ceux des jeunes enfants : le lexique employé implique alors peu de séquences de liaison communes aux deux groupes. Par ailleurs, les interactions des L2 de niveau A1 du CECR sont la plupart du temps préparées en classe de langue ; ces deux arguments vont à l’encontre d’une observation en milieu naturel. En outre, les L1 ne pouvant répondre à un questionnaire écrit et les L2 ne pouvant se soumettre à un entretien oral, la méthode de recueil de données retenue a donc été l’élicitation expérimentale des productions à l’aide de tâches de dénomination d’image. S’agissant des jugements d’acceptabilité, nous avons mis en œuvre une tâche opposant des séquences avec liaison réalisées à d’autres non réalisées ou erratiques. La discussion portera sur deux axes. Premièrement, l’élaboration du protocole expérimental : le choix des contextes de liaison («déterminant + nom» et «adjectif + nom», mots 1 et mots 2 impliqués) ainsi que le choix des tâches (dénomination, production, jugement d’acceptabilité) proposées aux sujets et l’adaptation de celles-ci à leur âge. Deuxièmement, la discussion portera sur l’analyse des résultats. Nous nous demanderons comment comparer des résultats en production et des résultats en jugement d’acceptabilité, pour déterminer par exemple une avance des uns sur les autres ? En effet, il s’agit de « performances » différentes et un score de correction de 50 % n’a pas la même valeur dans les deux cas. Mais aussi comment comparer les deux groupes de sujets sachant qu’on ne peut ni faire correspondre des durées d’apprentissage (L2) à un âge de développement (L1), ni confondre les capacités d’apprentissage d’apprenants adultes et de jeunes enfants ? Dans les deux cas nous soumettrons les solutions retenues à la perspicacité de l’auditoire.
  • Nardy, A., Chevrot, J. - P., & Barbu, S. (2014). Sociolinguistic convergence and social interactions within a group of preschoolers: a longitudinal study. Language Variation And Change, 26(3), 273-301.
  • Nardy, A., Chevrot, J. - P., & Chauvin, C. (2014). La liaison facultative dans les formes récitées du folklore enfantin. Dans C. Soum-Favaro, A. Coquillon, & J. - P. Chevrot (éD.), La Liaison : Approches Contemporaines (p. 239-262). Berne: Peter Lang.
  • Siccardi, A., Chevrot, J. - P., & Spinelli, E. (2014). Lexèmes, variantes et séquences dans le lexique enfantin : l’éclairage de la liaison en français. Présenté à Workshop Lexis, Lexeme, Lexicon: Representation and Acquisition, Université de Pau, JUne 28.
  • Soum-Favaro, C., Coquillon, A., & Chevrot, J. - P. (2014). La liaison : approches contemporaines. Bern: Peter Lang.




  • Barbu, S., Guellaï, B., Nardy, A., Chevrot, J. - P., & Lemasson, A. (2011). Gender differences in language vary according to family socioeconomic status: what influence has mothers’ and fathers’ input during early childhood?. Présenté à XIIth International Congress For The Study Of Child Language, 19-23 juillet 2011, Montréal (Canada).
  • Barbu, S., Nardy, A., & Chevrot, J. - P. (2011). Transmission of linguistic variables during childhood: mutual influences in the peer group. Présenté à XIIth International Congress For The Study Of Child Language, 19-23 juillet 2011, Montréal (Canada).

  • Brissaud, C., & Chevrot, J. - P. (2011). The late acquisition of a major difficulty of French inflectional orthography: the homophonic /E/ verbal endings. Writing Systems Research, 3(2), 129-144. doi:10.1093/wsr/wsr003
    Résumé : The aim of this article is to give an overview of researches about the acquisition of /E/ verb endings in French as a first language. The spelling of this suffixal inflection is a major difficulty of French orthography, because many alternative spellings are available. For example, the single phonological form /parle/ can be spelled parlé, parlée, parlés, parlées, parler, parlez, parlait, parlais, parlaient, all of which are frequently used. This spelling difficulty is sustainable and generates strategies from writers who seem to accommodate opposite constraints originating in different linguistic levels of the French writing system. The main findings of a study carried out in school with 621 students from 8- to 14 year-old are presented: the early competition between -é and -er inflections, the over-regularization of the agreement with the subject and finally the interaction between the selection of the morphonogram and the overregularization of the agreement with the subject. Ultimately, the data collected show a very long and costly acquisition of the spelling skill that confirms that French writing system is one of the most difficult to master.

  • Chevrot, J. - P. (2011). Projet Construction des Connaissances Langagières, Diversité des Usages, Contextes Sociolinguistiques Financement ANR-06-APPR-001 (Rapport final). ANR. Consulté de http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00580019
    Résumé : L'usage quotidien du langage nous conduit à distinguer différents " accents " ou " niveaux de langue " dans le discours de nos interlocuteurs (parler familier, parler jeune, etc.). La sociolinguistique variationniste a donné un statut scientifique à cette hétérogénéité interne des langues, par l'intermédiaire de la notion de variation : certains points du système d'une langue, les variables sociolinguistiques, permettent au locuteur de dire la même chose de différentes façons, les variantes étant identiques par leur sens mais différentes par leur valeur sociale. La réalisation optionnelle des liaisons facultatives ou la forme des pronoms objets (j'y fais au lieu de je le fais) sont des variables sociolinguistiques bien connues du français. Chez l'adulte, ces variables sociolinguistiques sont bien décrites : les variantes standard sont plus fréquentes chez les locuteurs de statut élevé, chez les femmes et dans les échanges formels. En revanche, on sait peu de choses sur leur acquisition par l'enfant. Tel est le thème de ce projet qui vise à rapprocher sociolinguistique et psycholinguistique. Menés sur différents terrains (Royaume-Uni, France métropolitaine, île de la Réunion, Vénétie, village de Haute-Savoie) par une équipe internationale, nos travaux répondent à trois questions à l'aide de méthodologies interdisciplinaires. * Question 1 - Comment (âge, ordre) s'établissent les régularités sociolinguistiques dans le cours du développement ? Selon nos observations, les différences selon le statut social des parents apparaissent dès l'âge de 3-4 ans et augmentent jusqu'à 6 ans. La capacité stylistique à adapter l'usage des variantes au contexte social est mise en évidence dès l'âge de 3 ans au sein des interactions familiales, et dès l'âge de 2 ans dans un contexte plurilingue, où la variation prend la forme d'alternance des langues. * Question 2 - Quel est le moteur du développement : enjeux symboliques (normes, stratégies identitaires) ou apprentissage implicite de régularités ? Nos résultats montrent que les deux possibilités ne sont pas exclusives. Un garçon de deux ans en milieu plurilingue ajuste statistiquement ses choix de langue sur ceux de sa mère tout en étant capable de les manipuler afin de susciter la connivence de locuteurs peu familiers. Plus tardivement, vers 10-11 ans, nos résultats indiquent que l'alignement automatique sur les usages de l'interlocuteur intervient dans les contextes où les enjeux symboliques (plaire, se différencier...) sont moins prégnants. * Question 3 - Quelle relation s'établit entre l'environnement langagier - famille et école - et l'acquisition des variétés sociolinguistiques ? A partir de l'âge de 3 ans, nous notons des corrélations nettes entre l'usage des variantes par les parents et par leurs enfants. L'entrée à l'école a un impact différent selon la situation sociolinguistique. Dans les sociétés plurilingues où la langue de scolarisation diffère de l'usage quotidien, l'influence de l'enseignant semble prévaloir et les enfants infléchissent leur usage vers le standard. Ce mouvement pourrait être motivé également par l'attitude parentale. Dans des situations caractérisées par la coexistence de variétés de la même langue, les influences s'effectuent entre enfants. Les usages ont tendance à s'homogénéiser au sein du groupe-classe, mais la mixité sociale de l'école ou des relations amicales pourrait favoriser la capacité d'ajuster l'usage des variantes au contexte social. * Ces résultats ont des retombées dans le domaine éducatif. L'usage des variétés et la souplesse stylistique jouant comme facteurs de la réussite scolaire, les tendances mises en évidence militent pour la mixité sociale. Sur le plan scientifique, ils contribuent au mouvement actuel de rapprochement entre l'abord social et l'abord cognitif des faits de langage, notamment autour de la notion de variation.

  • Chevrot, J. - P. (2011). Rapport final du projet Construction des Connaissances Langagières, Diversité des Usages, Contextes Sociolinguistiques (Financement ANR-06-APPR-001). Consulté de http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00580019/fr/
  • Chevrot, J. - P. (2011). Language Acquisition and Sociolinguistic Variation: Data and Theoretical Issues. Conférence invitée, University of Glasgow, School of English and Scottish Language and Literature.
  • Chevrot, J. - P. (2011). Construction des Connaissances Langagières, Diversité des Usages, Contextes Sociolinguistiques. Séminaire de laboratoire présenté à Séminaire de l’équipe Systèmes Linguistiques et Dialectologie, Laboratoire GIPSA, CNRS-université Grenoble 3-Grenoble INP, Grenoble.
  • Chevrot, J. - P., Barbu, S., Foulkes, P., & Wharton, S. (2011). Quels français tu parles ? Autrement (Le Mook), Apprendre et transmettre des idées, des savoir-faire, des valeurs (coordination : Nicolas Balacheff & Michel Fayol), 40-47.

  • Chevrot, J. - P., Nardy, A., & Barbu, S. (2011). Developmental dynamics of SES-related differences in children’s production of obligatory and variable phonological alternations. Language Sciences, 33(1), 180-191. doi:10.1016/j.langsci.2010.08.007
    Résumé : Numerous studies conducted in both the psycholinguistic and sociolinguistic fields have established that the parents’ socio-economic status (SES) influences several aspects of children’s language production. Moreover, a number of psycholinguistic studies strongly suggest that these differences are due in part to differences in the nature and the quantity of input that children are exposed to. Despite these advances, in our knowledge, the developmental dynamic of the differences still has to be described and explained. The aim of the current study is to examine this dynamic in the production of liaison, a phonological alternation in French which is, in some cases, obligatory and used in a uniform manner by adults and, in others, a sociolinguistic variable whose frequency of use depends on the speaker’s SES. One hundred and eighty-five children aged from 2;3 to 6;0 belonging to two distinct SES groups (higher- and lower-SES) and subdivided into four age-groups participated in a picture naming task eliciting the production of obligatory and variable liaisons. First, an analysis of the three types of child production (correct liaison, omission, replacement) confirms that the linguistic forms which are present in the input increase with age in children’s productions, whereas those which are absent tend to disappear. Second, the evolution of the SES-related differences depends on the uniformity or heterogeneity of usage in the social groups: convergence for obligatory liaison and divergence for variable liaison. The discussion of these findings combines both psycholinguistic and sociolinguistic perspectives since both have stressed the importance of exposure to linguistic forms in the input.
  • Ghimenton, A., Buson, L., & Chevrot, J. - P. (2011). Adjustments to the interlocutor during childhood: factors favoring the acquisition of stylistic flexibility. Présenté à 6th International Conference on Language Variation in Europe, Freiburg, June 29 - July 1.

  • Ghimenton, A., & Chevrot, J. - P. (2011). Ajustements codiques chez l’enfant plurilingue : effets de fréquence et enjeux pragmatiques chez un jeune garçon de Vénétie et des membres de sa famille. Dans . Présenté à 4ème Colloque International de l'Association Française de Linguistique Cognitive : Linguistique cognitive et typologie : diversité des langues, variation et changements linguistiques, 24-27 mai, Lyon. Consulté de http://www.ddl.ish-lyon.cnrs.fr/colloques/AFLICO_IV/PageWeb/pdf/AFLiCoIV_LIVRET.pdf

  • Harnois-Delpiano, M., Chevrot, J. - P., & Cavalla, C. (2011). L’acquisition de la liaison en L1 et L2 : comparaison entre des enfants francophones natifs et des apprenants coréens de Français Langue Etrangère. Présenté à Journée d'étude FULS - Formes et usages des lexiques spécialisés en vue d’exploitations didactiques en Français Langue Etrangère et Langue Maternelle, 07 avril 2011, Université Grenoble-Alpes. Consulté de http://tinyurl.com/mhd-2011b
  • Nardy, A., Barbu, S., & Chevrot, J. - P. (2011). Variations sociolinguistiques, convergences des usages et interactions dans le groupe de pairs : suivi longitudinal d’enfants de 4-5 ans scolarisés en maternelle. Présenté à Quatrième Colloque International de l’Association Française de Linguistique Cognitive (AFLiCo IV), 24-27 Mai 2011, Lyon, France.
  • Nardy, A., Ghimenton, A., Chevrot, J. - P., Buson, L., & Barbu, S. (2011). Language acquisition and sociolinguistic variation: data, controversies, theoretical issues. Présenté à 6th International Conference on Language Variation in Europe (ICLaVE 6), 29 juin-1er juillet 2011, Fribourg, Allemagne.


  • Bezinska, Y., & Chevrot, J. - P. (2010). Acquisition des constructions causatives en bulgare et en français: production, compréhension, imitation. Dans Actes Du Colloque Acquisilyon 2009 (3-4 DCembre 2009). Lyon, France. Consulté de http://www.ddl.ish-lyon.cnrs.fr/colloques/AcquisiLyon/pageweb/Fichier/Bezinska.pdf

  • Bezinska, Y., Chevrot, J. - P., Novakova, I., & Nardy, A. (2010). L'acquisition de faire + Vinf en français: production, compréhension, imitation. Dans (p. 1445-1456). Présenté à Actes du 2ème Congrès Mondial de Linguistique Française, 12-15 juillet 2010, La Nouvelle-Orléans, Etats-Unis. Consulté de http://www.linguistiquefrancaise.org/index.php?option=com_article&access=doi&doi=10.1051/cmlf/2010227&Itemid=129
  • Bezinska, Y., Chevrot, J. - P., Novakova, I., & Nardy, A. (2010). L'acquisition de faire + Vinf en français : production, compréhension, imitation. Présenté à 2ème Congrès Mondial de Linguistique Française, 12-15 juillet 2010, Nouvelle-Orléans (États-Unis).
  • Chevrot, J. - P., Barbu, S., Foulkes, P., & Wharton, S. (2010). Acquisition des variétés sociolinguistiques et contextes scolaires. Séminaaire ANR présenté à Colloque de clôture du programme ANR Apprentissages, Connaissances et société, 17-18 mars, Lyon.
  • Chevrot, J. - P. (2010). Préface. Dans I. Estève, A. Faure, A. Guitton, T. Mout, A. Souque, & A. Touati (éD.), Autour Des Langues Et Du Langage N2 : Perspective Pluridisciplinaire (p. i-iii). Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble.
  • Chevrot, J. - P., Sergeeva, E., & Spinelli, E. (2010). Traitement des liaisons et formes lexicales chez l'adulte : un test pour une hypothèse centrale des théories du langage basées sur l'usage. Séminaire de laboratoire présenté à Séminaire du Laboratoire de Psychologie et Neurocognition, CNRS &Université Grenoble 2, 28 juin, MSH-Alpes, Grenoble.
  • Martin, N., Barbu, S., & Chevrot, J. - P. (2010). Pragmatic learning and statistical adjustment in child use of vernacular variants: a case study in the family and the friends’ network. Présenté à 34th International LAUD Symposium Cognitive Sociolinguistics: Language Variation in Its Structural, Conceptual and Cultural Dimension, University of Koblenz-Landau, Landau/Pf., Germany, March 15-18.
  • Martin, N., Barbu, S., & Chevrot, J. - P. (2010). Usage enfantin des dialectes sociaux et régionaux au sein du réseau familial et amical. Dans A. Arleo & J. Delalande (éD.), Cultures Enfantines : Universalit Et Diversit (p. 303-312). Nantes, France: Presses Universitaires de Rennes.

  • Martin, N., Chevrot, J. - P., & Barbu, S. (2010). Stylistic variations in the social network of a 10-year-old child: Pragmatic adjustments or automatic alignment? Journal Of Sociolinguistics, 14(5), 678–692. doi:10.1111/j.1467-9841.2010.00459.x
    Résumé : Although stylistic variation within social networks has been described in adults, this topic remains under-researched in children. One question that remains unanswered is the extent to which stylistic variation is the result of automatic alignment or of intentional, pragmatically motivated adjustment. We present an in-depth sociolinguistic case study of a 10-year-old boy, his family and four friends selected according to their place of birth and the duration of their relationship with the boy. Statistical analyses of sociolinguistic variables of French suggest that the child's use of these variants is influenced by pragmatic motivations but not by automatic alignment.La variation stylistique est bien décrite chez l’adulte. Toutefois, sa forme, ses mécanismes et ses fonctions ontogénétiques doivent être davantage étudiés chez l’enfant. Une question concerne notamment le degré auquel cette variation résulte d’un alignement automatique sur les usages de l’interlocuteur ou d’un ajustement intentionnel, fondé sur des motivations pragmatiques. Nous présentons une étude de cas approfondie d’un garçon de dix ans enregistré avec sa famille et quatre amis sélectionnés selon leur lieu de naissance et la durée de la relation amicale qui les lie à l’enfant cible. L’analyse statistique de variables sociolinguistiques du français suggère que cet enfant est capable d’ajustements subtils en fonction de l’identité des interlocuteurs. Plutôt que d’être sous-tendus par un alignement mimétique sur les usages d’autrui, ces ajustements semblent fondés sur des motivations pragmatiques et identitaires.
  • Nardy, A., Chevrot, J. - P., & Barbu, S. (2010). Acquisition of sociolinguistic variation during early childhood: social differences revisited within usage-based theories of language. Présenté à 34th International LAUD Symposium (Cognitive Sociolinguistics: language variation in its structural, conceptual and cultural dimensions), 15-18 mars 2010, Landau (Allemagne).
  • Siccardi, A., Chevrot, J. - P., Sergeeva, E., Spinelli, E., & Tremblay, Annie,. (2010). Statut lexical et niveau d’abstraction des liaisons prénominales chez l’adulte et l’enfant : approche expérimentale. Présenté à Phonlex 2010 International Conference : Liaison and other phenomena, Toulouse, 8-10 septembre.










  • Brissaud, C., & Chevrot, J. - P. (2000). Acquisition de la morphographie entre 10 et 15 ans : le cas du pluriel des formes verbales en /E/. Verbum, XXII(4), 425-439.

  • Chevrot, J. - P., Beaud, L., & Varga, R. (2000). L’apprentissage des unités phonologiques variables : l’exemple du /R/ post-consonantique final en français. Linx. Revue Des Linguistes De L’Universit Paris X Nanterre, Approches sociolinguistiques du plan phonique(42), 89-100. doi:10.4000/linx.819
    Résumé : La variation phonologique a été largement décrite dans le cadre de la sociolinguistique variationniste. En dépit d’avancées indéniables fondées sur l’observation d’adultes ou d’adolescents, les approches développementales de la variation restent rares. Dans ce contexte, nous commencerons par une brève revue des travaux disponibles, qui permettra d’identifier trois problématiques développementales débattues dans ce champ. Nous présenterons ensuite une expérimentation qui éclaire certaines des questions théoriques en examinant le mécanisme impliqué dans l’apprentissage du /R/ post-consonantique final du français (liv’d’image, quat’sous, etc.) chez des enfants de 8-9 ans. Les résultats suggèrent deux conclusions : (1) les enfants ont tendance à copier les formes de surface rencontrées dans l’environnement linguistique plutôt qu’à encoder une règle variable (2) l’acquisition des graphies déclenche l’encodage tardif de certains /R/ dans les représentations lexicales.
  • Acquisitions langagières et usages linguistiques enfantins. (2000). Acquisitions langagières et usages linguistiques enfantins. (J. - P. Chevrot & J. - M. Colletta, éD.)Lidil. Revue De Linguistique Et De Didactique Des Langues, (22).
    Résumé : acquisition, liaison, psycholinguistique
  • Chevrot, J. - P., & Fayol, M. (2000). L'acquisition de la liaison: enjeux théoriques, premiers résultats, perspectives. Lidil. Revue De Linguistique Et De Didactique Des Langues, Acquisitions langagières et usages linguistiques enfantins(22), 11-30.
    Résumé : acquisition, liaison, psycholinguistique





Année non précisée

--- Exporter la sélection au format