|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Monika Bak


Doctorant

Coordonnées personnelles

Publications

2016

  • Bak, M. Les constructions Verbe causatif + Nom d'émotion. Aspects linguistiques et pistes didactiques (Thèse de doctorat). Université Grenoble Alpes, Grenoble.
    Résumé : Notre projet de thèse consiste à approfondir la description du lexique des affects (c'est-à-dire à extraire des traits spécifiques et généraux du fonctionnement du champ des émotions dans la langue française et à analyser, classer et décrire les phénomènes liés au lexique affectif), dans l'objectif de dégager de nouvelles pistes pour la didactique du FLE, et plus précisément pour une meilleure acquisition des collocations par un public non-francophone. Le corpus que nous allons utiliser dans le cadre de notre thèse sera le corpus constitué dans le cadre du projet Emolex sur le français.

2014

2013

2010


  • Bak, M. Le lexique verbal causatif et le raisonnement causal dans les textes scientifiques issus de Scientext (Mémoire de Master 2). Université Stendhal - Grenoble 3, Grenoble. Consulté de http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00547544
    Résumé : Les relations causales sont constitutives du texte scientifique. L'information causale implique les différentes étapes de la construction des connaissances. Si les relations causales sont habituellement considérées comme indépendantes de toute observation et jugement, les études récentes sur la causalité en linguistique (Jackiewicz (1998), Nazarenko (2000)) en accord avec les études en philosophie (Hume (1739), Kant (1781)) insistent sur le caractère subjectif de la relation causale, sur le fait qu'elle dépend du point de vue du locuteur. Autrement dit, la causalité porte en elle les traces du positionnement du sujet énonciateur. Le raisonnement causal joue un rôle important pour l'interprétation des écrits scientifiques. Il est le fondement de toute activité de rédaction scientifique et se manifeste par des indices lexicaux ou grammaticaux, mais aussi par le fait que « les interlocuteurs partagent la connaissance d'une relation causale » qui leur permet de comprendre ce raisonnement (cf. Gross & Nazarenko (2004)). A partir d'une liste pré-établie de verbes et de constructions causales présentes dans des dictionnaires et des travaux consacrés au lexique de la cause, notre but sera d'établir d'abord un classement des verbes et des constructions causatives (Dixon (2000)), afin de tester ensuite leur fonctionnement dans un corpus, constitué d'écrits scientifiques issus de Scientext. Il s'agit plus particulièrement d'écrits scientifiques appartenant à trois principales disciplines : les sciences humaines, les sciences expérimentales et les sciences appliquées. A travers l'étude des fréquences, d'une part, et de la combinatoire syntaxique et lexicale du vaste éventail de structures causatives, d'autre part, nous analyserons les tendances communes concernant le raisonnement causal dans les trois types de corpus. Nous observerons également si les différentes disciplines privilégient certaines structures causatives au détriment d'autres et, si oui, pourquoi.
    Mots-clés : Scientext.
--- Exporter la sélection au format