|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Thierry Geoffre


ATER

Rattachement : ESPE de Grenoble - UJF

Thèmes de recherche : acquisition et didactique du français écrit


a) modélisation de l’acquisition de la morphologie écrite du français ;


b) didactique de l’écrit, de l’orthographe et de la grammaire ;


c) approche praxéologique de l’étude de la langue



mots clés : école primaire – didactique – orthographe – étude de la langue – production d’écrits

Thierry Geoffre est ATER à l’ESPE de Grenoble depuis septembre 2011.
Son enseignement concerne la didactique du français en M1 et M2 des masters MES (Métiers de l’Enseignement Scolaire) et MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation) et en formation continue des enseignants du premier degré. Il est membre du groupe départemental "Maitrise de la Langue et Prévention de l’Illettrisme".

Ses travaux de recherche portent sur l’acquisition et l’enseignement du français écrit : acquisition de la morphologie écrite du français ; didactique de l’écrit, de l’orthographe et de la grammaire ; approche praxéologique de l’étude de la langue.

Il est titulaire d’un doctorat de Sciences du Langage, spécialité "Didactique et linguistique" de l’Université Stendhal - Grenoble 3 (Vers le contrôle orthographique au cycle 3 de l’école primaire – analyses psycholinguistiques et propositions didactiques), d’un master de Sciences du Langage, option "Didactique du français", de deux DEA scientifiques (Chimie physique et sciences des matériaux). Il a enseigné en école primaire pendant 13 ans et a été directeur d’école. Il a enseigné le FLE dans des écoles primaires et à l’Alliance Française de Cambridge (Grande-Bretagne, 20 mois).

Résumé de la thèse

Cette recherche doctorale, intitulée Vers le contrôle orthographique au cycle 3 de l’école primaire – analyses psycholinguistiques et propositions didactiques, avait pour objectif d’étudier les dynamiques dans lesquelles sont engagés des élèves de cycle 3 en matière d’apprentissage du contrôle orthographique, avec un focus sur l’orthographe dite grammaticale. Elle s’appuie sur le suivi longitudinal d’une classe de cycle 3 de l’école primaire pendant trois années (classe à triple niveau, classe numérique la 3e année). Chaque année du suivi a été ponctuée par la mise en œuvre d’une séquence expérimentale visant l’appropriation des notions centrales d’accord au sein du syntagme nominal et dans la chaine syntagmatique sujet – prédicat. Ces séquences comportaient également des objectifs de didactique expérimentale avec la transposition de propositions récentes d’outils qui n’avaient pas eu de retours d’expérimentations et l’analyse de leur transposition interne.
Le suivi a permis de recueillir les travaux des élèves dans une triple situation de production d’écrits : dictées, écrits métalinguistiques et métagraphiques, rédaction.
Les élèves scolarisés pendant les trois années du suivi forment le groupe de référence ; les autres, scolarisés pendant une ou deux années, fournissent des repères de comparaison internes à la classe et entre niveaux. Le corpus complet des productions des élèves du groupe de référence est fourni en annexe de la thèse.
L’approche a été de considérer le triangle didactique dans son ensemble et d’interroger les trois axes qui le fondent. L’étude s’appuie sur la construction de portraits d’élèves qui mettent en évidence l’évolution de leurs choix orthographiques (portraits d’élèves en situation de dictée), l’évolution des justifications métagraphiques des choix orthographiques et l’évolution du contrôle des chaines sujet – prédicat (portraits en situation de production verbale écrite). Deux typologies d’analyse ont été élaborées : typologie des justifications métagraphiques, typologie des formes verbales erronées. Le cadre théorique s’appuie sur les différents modèles généraux d’acquisition de l’orthographe, les travaux liés à la modélisation de la production verbale écrite, la théorie des situations didactiques ainsi que différentes approches linguistiques des relations syntagmatiques.
La double analyse quantitative et qualitative des portraits d’élèves a permis de :
-  cerner des invariants constitutifs du contrôle orthographique et de proposer un scénario développemental d’acquisition dynamique de procédures cognitives discrètes (axe psycholinguistique) ;

-  d’analyser des outils pour l’enseignant et pour l’élève lors de situations didactiques et adidactiques (axe praxéologique) ;

-  de définir des facteurs de progression et de stabilisation des compétences selon trois profils de scripteurs (axe épistémologique).
Ces résultats sont en interaction puisque l’observation de régularités dans l’évolution des choix orthographiques et dans celle des stratégies les justifiant fonde à la fois le scénario développemental à trois voies et la proposition des profils d’acquisition du contrôle orthographique. Cet ensemble a conduit à l’élaboration d’un outil de positionnement de l’élève qui cherche à identifier les procédures cognitives disponibles (et donc celles manquantes), leur efficience, leur conséquence sur le contrôle orthographique. L’outil permet également la construction d’une cartographie de classe qui, exploitée en début d’année scolaire, pourrait être un support à la programmation des apprentissages par l’enseignant.
L’outil de positionnement a été testé auprès de 11 classes de CM1 et CM2 d’une circonscription grenobloise (248 élèves) et a mis en évidence des résultats qui venaient compléter l’expertise de l’enseignant, prouvant ainsi son potentiel comme outil diagnostique de programmation.
Le scénario développemental est, quant à lui, le cœur d’une réflexion pour l’élaboration d’une progression des apprentissages considérant les entrées notionnelles et l’acquisition des procédures cognitives impliquées.
Les résultats en production verbale écrite ont conduit à poser les bases d’un outil comparable pour cette compétence. Ces résultats apportent également un éclairage complémentaire aux travaux précédents sur l’apprentissage des formes verbales homophones en /E/. Le contrôle orthographique des élèves a été envisagé selon deux modalités qui permettent d’en affiner l’analyse : un contrôle orthographique "en cours d’écriture" et un contrôle orthographique "différé". Cette réflexion sur le contrôle orthographique en situation de rédaction s’est accompagnée de l’élaboration d’un nouvel outil didactique pour l’enseignant : le brouillon collaboratif. Ce dispositif allège la charge liée à la planification et son impact sur la qualité des productions en termes de gestion de la relation sujet-prédicat a été montrée.


Cette thèse propose, en conclusion, une redéfinition de la notion d’orthographe grammaticale intégrant l’idée que la sélection des flexions doit être associée au traitement syntagmatique des chaines. Des pistes de réflexion pour des recherches ultérieures ou la formation des enseignants sont aussi proposées.

Coordonnées personnelles

Mail : thierry.geoffre@orange.fr

Publications

2014

2013

2012

2010

--- Exporter la sélection au format