|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Projets de recherche - axe 3

 
 

  • Capacités d’écriture des personnes en difficulté avec l’écrit : description linguistique et contextes sociaux d’usage
  • Responsables scientifiques : Catherine Brissaud et Fanny Rinck
    Doctorante : Carole Blondel (allocation doctorale financée par l’ARC 8 de la région Rhône-Alpes)
    Membre du comité de thèse : Daniel Frandji, UMR Triangle, ENS Lyon

    L’objectif de ce projet est de mieux comprendre le fonctionnement de l’orthographe du français pratiquée par les personnes en difficulté avec l’écrit dans une société où la maitrise de l’écriture est plus que jamais nécessaire, notamment en situation de travail. Alors que la relation entre exclusion sociale et difficulté en littéracie est bien documentée, la recherche a en effet prêté peu d’attention aux capacités d’écriture des personnes dites « illettrées ».

    Le travail consistera à décrire finement les écritures ordinaires produites par les scripteurs les plus en difficulté avec l’écrit dans le cadre de l’enquête d’utilité publique « Information et vie quotidienne » conduite par l’INSEE. Il s’agira aussi de mettre en relation leurs choix graphiques avec les résultats des tests de lecture et les réponses au module biographique du questionnaire (parcours scolaire, parcours professionnel, habitudes de lecture et d’écriture, langues parlées ou écrites, origine géographique, etc.).

    Ce projet améliorera la connaissance de l’élément « écrire » de la trilogie « lire, écrire, compter » ; il permettra de mieux comprendre les obstacles à la socialisation rencontrés par les personnes en difficulté avec l’écrit. Il permettra 1/ de faire des propositions didactiques précises qui tiennent compte des difficultés réelles des scripteurs et qui facilitent l’accès à l’écriture du français au plus grand nombre ; 2/ de participer à la professionnalisation des acteurs de la lutte contre l’illettrisme par des interventions mieux adaptées.

  • Étude de l’influence des choix didactiques des enseignants sur la qualité des premiers apprentissages en lecture et en écriture
  • Ce projet a été lancé à l’initiative du groupe « Lire et Ecrire à l’école primaire » de L’IFE (Institut Français de l’Education, ENS de Lyon), en partenariat avec le laboratoire ACTé (UBP Clermont-Ferrand). Il rassemble des chercheurs de 13 sites universitaires.
    L’objectif de cette recherche est de produire des connaissances scientifiques nouvelles sur les caractéristiques des pratiques efficaces d’enseignement de la lecture et de l’écriture, en particulier pour les élèves socialement les moins favorisés, ceux dont les premiers apprentissages sont le plus dépendants de l’intervention pédagogique.
    Le but est donc de chercher à identifier les contenus, les tâches et les formes d’enseignement qui sont les plus pertinents à chacune des étapes du cycle 2 : grande section, cours préparatoire et cours élémentaire. Le groupe propose ainsi de sélectionner un petit nombre d’indicateurs que les travaux de recherche antérieurs permettent de considérer comme de bons candidats à l’explication de ce qui fait la différence d’efficacité entre des pratiques d’enseignement contrastées.

  • Galapro
  • Le projet GALAPRO (2008-2010, www.galapro.eu & www.galapro.eu/sessions ) a permis de réaliser une plateforme de formation à l’intercompréhension et à sa didactique destinée aux enseignants, étudiants en formation initiale ou continue et aux formateurs. S’est ainsi développé un réseau de formation spécialisé autour de l’intercompréhension en langues romanes (catalan, espagnol, français, italien, portugais et roumain), à travers la formation hybride ou à distance.
    Il s’agit d’un projet financé avec le soutien de la Communauté européenne dans le cadre du programme Lifelong Learning Programme (n°135470-PT-2007-KA2-KA2MP), et piloté par l’Universidade de Aveiro (coordinateur général : Maria Helena Araújo e Sá)

  • Initiation scientifique en CP et en CE1 et apprentissages langagiers : quelles pratiques efficaces pour les élèves provenant de milieux défavorisés ?
  • Responsables scientifiques : Catherine Brissaud et Eric Triquet
    Doctorante : Armelle Roderon (allocation doctorale financée par l’ARC 5 de la région Rhône-Alpes)
    Membres du comité de thèse : Roland Goigoux, Catherine Bruguière et Jean-Charles Chabanne

    Ce projet a pour ambition d’éclairer les conditions d’accès à la culture scientifique en début de scolarité obligatoire (CP et CE1) en décrivant les pratiques des maitres expérimentés et en les reliant aux apprentissages des élèves dans les domaines du dire, du lire et de l’écrire.

  • MIRIADI
  • Le projet européen MIRIADI (Mutualisation et Innovation pour un Réseau de l’Intercompréhension à DIstance) a pour finalité de créer un réseau qui puisse mutualiser, diffuser et pérenniser les formations à l’intercompréhension (IC) à distance en réseaux de groupes et les ressources associées. Ce concept de formation permet à des groupes d’apprenants ou d’enseignants en formation (initiale ou continue), de se reconfigurer en groupes de travail internationaux plurilingues au cours d’une session scénarisée autour d’un projet commun, et d’en tirer profit pour leurs compétences.

  • Projet GRAFFIC (Groupe recherche action formation français insertion compétences)
  • L’articulation oral / écrit dans la formation aux écrits professionnels des adultes en insertion sociale et professionnelle

  • Redinter (Rede Europeia de Intercompreensão)
  • Réseau européen fédérant les équipes participant ou ayant participé à des travaux sur l’intercompréhension.