|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Programme 3 – Didactique du français (FLE, FLM, FLS)

 

Resp. : F. Boch et C. Muller (MC)

Didactique du français (FLE, FLM, FLS)
L’objet de ce programme est de décrire et analyser les pratiques d’enseignement et les processus d’apprentissage de l’écrit et, secondairement, de l’oral, dans une perspective linguistique et didactique qui intègre le plan cognitif et les facteurs sociaux. Son objectif est de faire évoluer les pratiques d’enseignement et d’élaborer des outils favorisant les apprentissages.
Le travail se fait selon deux directions :

(1) caractérisation des productions écrites d’apprenants, dans le champ des littéracies scolaires ou avancées, ainsi que des productions orales d’apprenants :
a. en collaboration avec l’axe 1, constitution d’un corpus de textes scolaires (CP-CM2) et un corpus de textes d’étudiants (http://lidilem.u-grenoble3.fr/ressources/corpus-du-labo/article/corpus-litteracie-avancee) ;
b. construction d’un certificat permettant d’évaluer les compétences rédactionnelles des adultes francophones et de modules de formation hybrides adaptés à des publics divers (http://www.linksium.fr/projet/certiredac/) ;
c. description des pratiques d’écriture d’adultes en difficulté avec l’écrit ou de l’apprentissage de l’écrit par des adultes peu ou pas alphabétisés ;
d. typologie d’erreurs et remédiation phonétique (Projet Interphonologie du français contemporain - arabe, focalisé sur les erreurs spécifiques aux locuteurs arabophones en FLE).

(2) analyse de l’agir enseignant et des interactions en classe au service de la formation de formateurs ; ingénierie de la formation :
a. mesure de l’efficacité des choix didactiques concernant les premiers apprentissages scolaires en lecture/écriture en CP ;
b. analyse des pratiques d’enseignants de FLE à travers la mise en mots des savoir-faire professionnels dans une visée de transmission ;
c. analyse de la formation aux écrits professionnels des adultes en insertion sociale et professionnelle ;
d. français sur objectifs spécifiques : collecte et analyse de discours professionnels, en vue d’élaboration de programmes de formation en français.

Un travail d’observation est souvent mené sur le terrain en collaboration avec les enseignants. Que ce soit en FLE ou en FL1, les travaux articulent étroitement les analyses linguistiques avec leur exploitation didactique. Autrement dit, les compétences linguistiques des chercheurs sont au service des formateurs et des enseignants.

Les directions de recherche sont les suivantes :

description des pratiques et des produits d’écriture de l’école à l’université ;
étude du rapport aux écrits (pratiques et représentations) dans les différentes disciplines chez les lycéens (15 -18 ans), en lien avec les phénomènes d’exclusion scolaire ;
analyse des démarches et des pratiques de formation mises en œuvre auprès d’adultes afin d’améliorer leurs savoirs de base et leurs compétences langagières et communicatives en français ;
étude des situations et des objets liés à l’enseignement de l’orthographe et de la grammaire, dans des classes d’adolescents francophones ou d’apprenants du français langue étrangère ;
description des connaissances orthographiques et grammaticales construites par les apprenants (primaire, secondaire, français langue seconde), les adultes (au travail ou étudiants) et les enseignants (en activité et en formation).
comparaison des connaissances morphologiques de l’anglais par les francophones et du français par les anglophones (co-apprentissage en L1 et en L2 et apport des TICE).

I - Épistémologie et didactique du verbe
En collaboration avec l’IUFM de LYON – Université Claude Bernard Lyon 1
Resp : JP Sautot

Un des objectifs majeurs du projet est de mettre au point des épreuves linguistiques permettant de caractériser la compétence des enfants à réfléchir sur les formes verbales, en fonction de leur age et de leur curriculum scolaire et langagier. Ces épreuves prendront en compte les paramètres linguistiques élaborés par la recherche dans ce domaine mais aussi les exigences des programmes scolaires en vigueur. Elles seront établies notamment en prenant en compte le résultat des recherches antérieures à ce projet. Le but à terme est de transposer ces épreuves dans un outil d’évaluation mis à disposition des classes.

Le but est de mieux connaitre les processus cognitifs des élèves et de partager ces connaissances nouvelles. Les chercheurs et formateurs engagés participeront pleinement à la recherche en participant à l’élaboration et à l’expérimentation des protocoles de recueil de données et des outils d’évaluation et de formation.

II - Groupe Recherche Action Formation Français Insertion Compétences

a) GRAFFIC
Resp : MC Guernier

Ce projet porte sur l’étude des compétences langagières et linguistiques des adultes en insertion ou en réinsertion. Il se situe dans le champ des illettrismes et vise l’amélioration de la didactique du français dans les contextes non scolaires.

L’origine du projet réside dans le constat fait au sein des organismes de formation d’une nécessité de grande prise en compte des difficultés psychologiques et sociales des adultes placés en situation d’apprendre ou de réapprendre la langue française. Les formateurs sont confrontés à des problématiques didactiques auxquels ils n’ont pas ou peu été formés. Il existe donc un déficit quant aux connaissances scientifiques et techniques des formateurs chargés de lutter contre l’illettrisme dans les organismes de formation.

L’implication du laboratoire LIDILEM dans le projet GRAFFIC s’est faite à la demande des organismes de formation. L’expertise du laboratoire dans le domaine de la didactique du français est issue des recherches menées dans les divers domaines de cette thématique de recherche (Axe 3 du Lidilem : ‘Didactique des langues, recherches en ingénierie éducative) mais aussi dans l’implication de plusieurs chercheurs dans les formations d’enseignants des IUFM de la région.

Le but du projet n’est pas de transposer la didactique du français développée pour les établissements scolaires mais de développer une didactique adaptée aux publics en insertion et aux conditions spécifiques de sa formation. Ce type de formation prend en compte de manière approfondie les avancées de la recherche en sciences de l’éducation mais néglige manifestement les apports des sciences du langage. C’est pour remédier à ce manque que le projet GRAFFIC est développé.

b) Soutien pédagogique des bénévoles animateurs dans les actions sociolinguistiques de l’Isère
Resp : JP Sautot

Le projet est à l’initiative du Centre Ressources Illettrisme de l’Isère IRIS qui agit comme structure coordinatrice des formations dans les divers dispositifs d’insertion : lutte contre l’illettrisme, actions sociolinguistiques, accès au diplôme initial de langue française...

L’objet d’IRIS est l’information, la sensibilisation, la formation des acteurs de la lutte contre l’illettrisme, le conseils technique et pédagogique (centre de documentation), la mise en réseau des acteurs et l’accompagnement de projet. Ces actions touchent notamment plus de 1100 apprenants sur l’Isère.

Les animateurs bénévoles ont en charge des tâches d’enseignement et d’accompagnement des publics en difficultés avec la langue française. Ces tâches nécessitent des compétences pédagogiques et didactiques et des qualités humaines. Les compétences didactiques et pédagogiques sont le plus souvent absentes ou très partielles. Le but du projet est de structurer une action de formation continue des animateurs bénévoles agissant dans les dispositifs d’insertion. L’intention est d’améliorer la qualité des formations dispensées. Le projet bénéficie donc indirectement aux populations ciblées par les dispositifs d’insertion ou de réinsertion.

Outre la faiblesse des compétences techniques, le projet s’appuie sur le constat d’une grande volatilité du public des bénévoles et donc sur la nécessité de réitérer fréquemment les formations de base. Ces formations sont d’une efficacité douteuse dans la mesure où il s’agit d’une perpétuelle initiation d’un public débutant en pédagogie et en didactique. Le projet a donc l ’ambition de mettre à disposition un outil d’autoformation initiale et continuée afin de permettre aux animateurs bénévoles d’entrer plus rapidement et de manière plus pertinente dans l’activité de formation.

Le projet vise à transposer les compétences en didactique du français présentes au LIDILEM. Ces compétences s’appuient sur des recherches au sein du programme Enseignement et apprentissage de l’écrit de l’axe « Didactique des langues, recherches en ingénierie éducative.

L’équipe du programme Enseignement et apprentissage de l’écrit compte 13 enseignants chercheurs et 17 doctorants. L’objet de ce programme est l’étude des situations d’enseignement et d’apprentissage de l’écrit. La perspective est à la fois linguistique et didactique, mais nous viserons à accentuer l’intégration des différentes dimensions constitutives de ces situations, notamment le plan cognitif et les facteurs sociaux. Nous continuerons à mettre en oeuvre notre objectif fondamental : décrire et analyser les pratiques d’enseignement et les processus d’apprentissage. Sur un plan plus applicatif, le but en est de faire évoluer les pratiques d’enseignement et d’élaborer des outils favorisant les apprentissages.

c) Contrats de recherche liés
Titre : Université citoyenne et solidaire
Responsable : MC Guernier
Descriptif : Graffic et Bénévoles en ASL
Date de notification : 01-06-2010
Durée : 2 ans
Équipe pilote : Lidilem
Organisme subventionneur : Région Rhône Alpes
Subvention(s) : 52650 euros