|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Acquisition du langage et variation sociolinguistique : approche interdisciplinaire

 

L’objet de ce projet est la variation linguistique interne aux langues (par exemple, les différentes façons de poser une question de sens identique, le fait de réaliser ou non une liaison facultatives, etc.). Longtemps rejetés aux marges de l’étude scientifique du langage par les structuralismes, les faits de variation ont reçu un regain d’intérêt dans le cadre de la sociolinguistique variationniste, qui a réintégré, à l’objet d’étude des linguistes, les aspects de la variation structurés par des facteurs sociaux. Le contexte scientifique actuel voit s’étendre la notion de variation au-delà du champ sociolinguistique : dans le domaine de la psycholinguistique, où le traitement cognitif des aspects variables des langues devient un enjeu central, et dans le champ de l’éthologie, où les variétés intraspécifiques des vocalisations animales et leur relation à la vie sociale sont explorées. Parallèlement, dans le champ des sciences du langage, les théories dites basées sur l’usage ouvrent des perspectives pour modéliser l’hétérogénéité des connaissances linguistiques et leur imbrication avec la cognition sociale. Le projet proposé ici prend appui sur cette nouvelle donne scientifique. Il propose une approche interdisciplinaire consacrée à l’acquisition des variations et des facteurs sociaux qui les régulent, en liant sociolinguistique, éthologie humaine et psychologie cognitive. Fondé sur des collaborations interdisciplinaires, il allie des démarches empiriques issues de ces disciplines à une réflexion théorique visant à intégrer les niveaux fonctionnels - cognitif, linguistique, social - impliqués par la variation linguistique.
Responsable du projet : Jean-Pierre Chevrot
Durée du projet : 2010-2015
Financement  : Institut Universitaire de France