|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Descriptions linguistiques, TAL, corpus

 

Responsables : Agnès Tutin (PR) et Olivier Kraif (MCF)

L’axe 1 se donne comme objectif de favoriser les points de rencontre disciplinaires prenant en compte les interfaces sémantique/syntaxe, pragmatique/syntaxe, pragmatique/sémantique autour de thèmes et de genres bien délimités (voir descriptif des deux programmes). La notion de corpus joue un rôle essentiel et fédérateur pour les équipes de l’axe 1. Il faut rappeler que la linguistique de corpus s’est considérablement développée ces dernières années. Cependant, les corpus aussi bien écrits qu’oraux ou multimodaux restent pour l’instant insuffisamment diffusés, notamment en France. Un des objectifs des équipes travaillant dans les programmes de l’axe 1 est donc, tout en développant des recherches descriptives en linguistique française et dans d’autres langues (y compris gestuelles), de participer activement à une mutualisation des corpus construits dans le cadre des différents projets de recherche en assurant leur diffusion au sein de la communauté scientifique. L’articulation avec le TAL s’effectue à travers le développement et l’utilisation d’outils permettant la caractérisation linguistique des corpus monolingues et multilingues et l’analyse de données linguistiques issues de corpus informatisés. Elle peut déboucher sur des applications pratiques, destinées à des publics spécifiques. C’est ce va et vient entre modélisation des données linguistiques et réflexion sur les utilisations en contexte, pour des publics diversifiés, qui constitue la cohérence de l’axe. Les évolutions récentes marquent en outre, notamment en syntaxe, le renforcement, pour la période 2011-2014, de la perspective contrastive et typologique. Il s’agit en particulier de proposer et de développer de nouvelles pistes théoriques et méthodologiques, permettant de relier la syntaxe, la sémantique lexicale et l’organisation du discours dans la comparaison des langues. Outre le français, déjà bien représenté, le russe et le bulgare, ainsi que le chinois, la langue arabe et d’autres langues ont fait leur apparition dans les travaux des chercheurs.