|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Journée Lidilem "La saillance"

 

Le thème du séminaire de cette année est la saillance, objet à la croisée des préoccupations à la fois de plusieurs branches des sciences du langage, de plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales, et d’approches diverses, linguistiques, sociales, cognitives.

Frédéric Landragin

(Lattice – Langues textes traitements informatiques cognition) La notion de saillance : éléments de définition, caractérisation, modélisation et traitement informatique
http://fred.landragin.free.fr/fr/recherch.htm

Est saillant ce qui capte l’attention, ce qui vient en premier à l’esprit. La notion de saillance s’applique ainsi à plusieurs plans d’analyse, en dénotant à chaque fois le fait qu’un élément informationnel ressort de son environnement, soit parce qu’il est aussitôt appréhendé comme
plus important (principe de primordialité), soit parce que des caractéristiques particulières le distinguent des autres éléments (principe de singularité).
Les plans d’analyse concernés sont, parmi d’autres : l’analyse de la perception visuelle par le lecteur de la structure globale du document et de ses composants visuels (le regard suit les parcours qui lui sont ménagés par l’agencement des paragraphes, graphiques et images, en
commençant par l’élément le plus saillant) ; l’analyse des structures discursives globales (une section peut être plus saillante que les autres de par sa position dans le document) ; l’analyse de la structure informationnelle (selon les cas, le patient est plus saillant que l’agent, le thème que le rhème, le topique que le commentaire) ; l’analyse des chaînes de références et des saillances relatives des entités de discours, par exemple pour l’interprétation des anaphores.
La saillance couvre ainsi une grande partie des aspects modélisant l’appréhension par le lecteur du document textuel ou multimedia. Nous développons notamment les aspects purement linguistiques et les aspects visuels. Sans aller jusqu’à l’automatisation de la détection et de l’exploitation des éléments saillants, nous présentons un modèle multi-dimensionnel de la saillance intégrant de manière unifiée les aspects cités, avec un ensemble de facteurs de saillance et un ensemble de principes permettant de confronter ces facteurs. Nous montrons comment la linguistique de corpus peut faire usage de cette notion de saillance, en attendant les applications envisageables en traitement automatique des langues.

Maria Popa-Roch

(LIP – Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie) Le rôle de l’asymétrie de saillance dans la mesure du préjugé anti maghrébin au moyen du Test d’Association Implicite
http://www.lip.univ-savoie.fr/index.php?option=page&nom=POPA-ROCH&ID=186

Les mesures implicites des attitudes constituent désormais un champ de recherche important en psychologie sociale. En raison des effets robustes qu’elle met systématiquement en évidence et de sa flexibilité, la méthode la plus utilisée est le Test d’Associations Implicites ( Implicit Association Test ; IAT Greenwald, McGhee & Schwartz, 1998). L’IAT est une tâche de catégorisation de mots permettant de mesurer à partir des Temps de Réponse (TR), la valence relative de deux catégories (e.g. « African - Américan » vs « European - American »).
Récemment, Rothermund et Wentura (2001, 2004) ont avancé que l’effet IAT pourrait être dû en tout ou partie selon les cas, non aux caractéristiques des catégories mais à celles des mots cibles les exemplifiant dans la tâche. Ils ont en effet fait l’hypothèse que l’effet proviendrait d’une différence de saillances perceptives des exemplaires des deux catégories. A l’appui de cette supposition, ils ont montré que, selon les catégories considérées, le contrôle statistique de l’asymétrie de saillance des mots cibles diminue l’amplitude de l’effet IAT ou, parfois, l’annule. Dans le cadre d’une étude de validation d’une version française de l’IAT mesurant le préjugé ethnique, nous avons introduit dans une procédure IAT standard des prénoms d’origine française et maghrébine. Une première expérience opposant les catégories « Français » et « Maghrébin » réplique les résultats obtenus aux USA avec, respectivement, « African - American » et « European - Amerian ». Dans une seconde expérience visant à vérifier l’origine de cet effet, la mesure d’asymétrie de saillance de Rothermund et Wentura (2004) a été ajoutée. Compte tenu des résultats que nous avons obtenus, nous recommandons de s’assurer de la validité de construit des diverses applications de l’IAT comme on le fait habituellement pour tout test, c’est-à-dire en arrêtant et en fixant au préalable ce qui le compose (i.e., le matériel, les consignes, les caractéristiques de la population et les conditions de passation).

Paul Kerswill

(Research group Language variation and change - York University) Salience in language variation and change : marrying observation, experimentation and social construction
http://www.york.ac.uk/language/staff/academic-research/paul-kerswill/

Salience as a concept has a venerable history in sociolinguistics and, particularly, in dialectology, starting from Schirmunski’s (1930) notion of primary and secondary dialect features. In more recent times, Trudgill’s (1986) salience model has proved in fluential, offering as it does a testable set of hypotheses deriving from his observations of what changes are made by speakers in dialect contact situations. Kerswill & Williams (2002) argued that Trudgill’s model contained a great deal of circularity, and that, instead we should look for a combination of internal linguistic factors and, crucially as the motivator, external factors in the cognitive, pragmatic, interactional, socio - psychological and sociodemographic domains. This more precise model was derived through a review of available literature. However, there is now a good deal of experimental evidence obtained through the manipulation of linguistic stimuli, particularly in the work of Campbell - Kibler. An innovation is the ongoing development of a real - time speech evaluation tool by Watson and Clark to discover the precise locations in an utterance where listeners react evaluatively. Coupled with these advances is both theoretical and experimental work by Kristiansen, with a focus on global changes in Danish. A more inductive, constructivist approach is taken by recent work I have carried out to discover young Londoners’ conceptions of their own and others’ speech repertoires.