|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Séminaire de clôture de l’Axe 2

 

Salle des Conseils, jeudi 25 juin, 17h-19h

Dernier séminaire de l’axe 2, jeudi 25 juin, 17h,
salle des Conseils de la MLC.

’Towards a sociolinguistics of gesture : gesture and style in the communicative practices of South African youth.’
Heather Brookes, SARChI Linguistics, University of Cape Town
Current approaches to linguistic variation focus on the social meanings of spoken variables in the context of local styles. This presentation considers the role of gesture in the construction of linguistic styles using data from black urban male township youth who engage in communicative practices that produce a continuum of youth argots sometimes referred to as tsotsitaal(s). While third wave sociolinguistics examines how variation both reflects and constructs the social/ideological concerns in communities and may be a force for change (Eckert 2012), the question remains as to how linguistic features become indexical of social meanings and groups, and what are the mechanisms of linguistic innovation and its spread. Data from spontaneous interactions among young men on street corners, demonstrate that linguistic skill, particularly the use of gestures in competitive performances, leads to linguistic innovation. However, wider uptake depends on both linguistic skill and status in the social hierarchy of male social networks. These data challenge implicit assumptions in third wave sociolinguistics of neutral interactional spaces in which individuals have equitable agency in stylistic production and social differentiation.

"L’effet de la culture d’appartenance sur le developpement de la parole et de la gestualité."
Ranoma Kunene-Nicolas, PhD Linguistics, University of the Witvatersrand, Johannesburg
Dans le cadre des interactions en face à face, les narrations orales impliquent à la fois le recours à des dispositifs auditifs (linguistiques, prosodiques) et visuels (gestes). Cette présentation examine la façon dont l’activité discursive se développe chez les jeunes enfants. Plus précisément, j’explore la façon dont des enfants de différents âges et des adultes gesticulent en racontant une histoire. Le développement multimodal du récit est étudié par le biais de traitements quantitatifs et qualitatifs, tout en prenant en compte les effets de l’âge, de la langue et de la culture. Une telle démarche permet de mieux observer l’impact des facteurs linguistiques, sociaux et cognitifs sur le développement narratif. Les résultats de mon étude contrastive révèlent un effet significatif de l’âge sur les activités discursives et gestuelles ; celui-ci suit toutefois une trajectoire universelle. En revanche, les spécificités de la langue et de la culture à laquelle appartient l’enfant jouent un rôle important dans le développement général et celui des comportements langagiers.