|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Séance 7 du séminaire de l’axe 2

 

Mardi 15 avril à 17h30 en salle des conseils

Samuel Vernet (LIDILEM)

Discours et idéologies linguistiques en Acadie du Nouveau-Brunswick, le cas des cours de français à l’Université de Moncton

Cette communication s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche qui étudie la circulation des idéologies linguistiques à l’université dans un milieu minoritaire, l’Acadie du Nouveau-Brunswick, et qui cherche à comprendre d’où elles viennent et comment elles se diffusent.

En prenant l’Université de Moncton pour terrain, je chercherai à savoir quels discours sont tenus sur le français et quelles idéologies sont diffusées dans l’enseignement. Dans une optique ethnographique, j’ai pu intégrer les deux cours obligatoires de français donnés à l’Université au niveau licence, l’un de communication écrite, l’autre, de communication orale.

On sait que les idéologies linguistiques attachées au français l’ont souvent envisagé dans une forme d’homogénéité et l’ont construit dans une vision moderne de la société dans un triptyque « langue-culture-nation ». Cette conception d’une certaine idéologie du standard est à la base de l’institutionnalisation du français, et je montrerai qu’elle n’est pas absente du terrain présenté ici. Toutefois, la vision qui s’y développe pourrait être qualifiée aussi de « post-moderne ». D’abord parce que la mise en discours institutionnelle et pédagogique du français dans les cours à l’Université, relève souvent d’un discours mondialisant, où le français enseigné doit donner accès à des profits matériels pour les étudiants (accès à des diplômes de niveau élevé, accès au travail et à des postes à responsabilités, internationalisation, etc…). Ensuite, parce qu’est tenu un discours d’ouverture à la diversité linguistique, un discours de respect de la variation linguistique et de la différence, dans un contexte où le chiac, variété vernaculaire constituée d’une base syntaxique française et d’éléments lexicaux anglais, revêt un aspect identitaire fort.
Ainsi dans les cours de français, cette vision post-moderne côtoie une certaine idéologie du standard, tension que je vais m’efforcer de présenter à travers les idéologies et les discours en co-construction sur ce terrain.