|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Séance 3 du séminaire de l’axe 2

 

Bariaa Skaf (Lidilem et Université de Balamand, Liban)

Les variations graphiques dans la messagerie instantanée de scripteurs libanais et leur diffusion
La diffusion des technologies numériques et multimédia favorise dans divers contextes plurilingues, comme celui du Liban, l’apparition de modes de communication hybrides. Ainsi, l’analyse d’échanges de scripteurs libanais d’âges et de professions divers sur Facebook, montre qu’arabe, français, anglais s’alternent et que ces derniers s’infiltrent dans le dialecte libanais que les scripteurs translittèrent au moyen de graphèmes latins. A cette hybridation, s’ajoutent des formes spécifiques de variantes graphiques numériques (VGN) telles que l’usage de chiffres pour représenter des phonèmes sans correspondance dans ce système graphique, et des procédés graphiques qui pallient l’absence d’informations paralinguistiques. Nous montrons aussi que ces VGN sont présents au nord du Liban chez des scripteurs de tous âges et professions, et que, malgré des représentations très polarisées (allant de la diffusion quasi-militante à la résistance), elles se diffusent sur divers supports non numériques (enseignes, menus, copies d’élèves, etc.) et acquièrent une forme de prestige sociolinguistique manifeste.

Tiphaine Mout (Lidilem)

La variation orthographique du français : usages et représentations d’élèves de lycée professionnel et de futurs professeurs des collèges et lycées.

Dans une perspective linguistique, psycholinguistique et sociolinguistique, qui intègre le plan cognitif et les facteurs sociaux, ce travail de recherche présentera notre étude de la variation orthographique dans les pratiques et les représentations de l’orthographe du français d’usagers de la langue qui, par obligation professionnelle ou scolaire, écrivent quotidiennement : des scripteurs adultes en cours d’apprentissage − élèves de lycée professionnel − et des scripteurs experts − futurs enseignants du secondaire.

A partir d’analyses sur leurs variations orthographiques dans des écrits formels et de tests standards, nous avons déterminé, d’une part, les secteurs de fragilité de ces scripteurs, et d’autre part, les patrons ou schémas intériorisés, responsables de variantes orthographiques. Les réponses d’entretiens semi-directifs et d’une enquête par questionnaire ont permis d’approcher les représentations orthographiques de ces scripteurs, et de savoir s’il existe d’une demande sociale ou non, de la part des « professionnels » de l’orthographe, en matière d’une réforme orthographique.

Somme toute, les analyses tant qualitatives et quantitatives menées ont permis de dégager un profil général de chacun des publics observés au regard des données croisées de leurs compétences orthographiques et de leurs représentations. Enfin, ce travail offre, en ouverture, une réflexion renouvelée sur l’orthographe actuelle.