|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Lidilem / Séminaire Axe 2 du 29 avril 2015

 

Lidilem / Séminaire Axe 2 du 29 avril 2015

Lidilem / Séminaire Axe 2 du 29 avril 2015

Titres et résumés des deux présentations

Acquisition des langues et souplesse stylistique : les représentations cognitives du style sociolinguistique chez les apprenants de L2.

Gabriela VIANA (Lidilem)

Le travail exposé constitue les premiers pas d’une thèse dont l’objectif général est de comprendre quelles sont les catégories sociostylistiques activées par les apprenants lors des échanges en L2. Dans une étude antérieure (Viana dos Santos, 2014), basés sur le phénomène de restauration stylistique, déjà attesté chez les natifs par Buson et al. (2014), nous avons pu montrer que des apprenants sinophones et anglophones possèdent des schémas cognitifs de classement stylistique identiques à ceux de natifs ; en effet, lorsqu’on demande à ces apprenants de répéter des énoncés stylistiquement non homogènes (une phrase au lexique formel contenant un trait non formel comme la suppression du ne de négation), ils ont tendance à rendre le style homogène en restaurant les traits cohérents avec le reste de l’énoncé (répéter l’énoncé en restituant la négation ne).

Malgré ce résultat, l’écart existant entre la production orale des natifs et celles des étudiants étrangers nous montrent que même s’ils sont sensibles au style, les apprenants ne maitrisent pas les normes sociolinguistiques natives (Moungeon et al., 2002). Afin de mieux cibler les compétences sociolinguistiques des apprenants pour favoriser leur souplesse stylistique, il est important comprendre sur quelles catégories les apprenants forgent leur représentations du style en langue seconde. Dans ce but, nous avons élaboré une seconde démarche en mettant en œuvre un test du type matched guise (Lambert, 1967) auprès de 85 apprenants de FLE, sinophones et anglophones, en nous basant sur le travail de Campbell-Kibler (2009). La discussion portera sur les premiers résultats de cette expérimentation, la méthodologie utilisée et la complexité de l’analyse des données.

Bibliographie :

Buson, L., Chevrot, J-P., Nardy, A. &Abouzaïd, M. (2014). Catégorisation et représentations sociolinguistiques : les variétés stylistiques existent-elles ? Actes du CMLF 2014 – 4ème Congrès Mondial de Linguistique Française, publié par EDP Sciences (www.linguistiquefrancaise.org).

Campbell-Kibler, K. (2009). The nature of sociolinguistic perception. Language Variation and Change, 21(01), 135–156. doi:10.1017/S0954394509000052

Lambert, W. (1967). Bilingualism in the Modern World. Journal of Social Issues, 23(2), 1‑7. doi:10.1111/j.1540-4560.1967.tb00571.x

Mougeon, R., Nadasdi, T., & Rehner, K. (2002). État de la recherche sur l’appropriation de la variation par les apprenants avancés du FL2 ou FLE. Acquisition et interaction en langue étrangère, (17), 7‑50.

Viana dos Santos, G. (2014). Variation et restauration stylistiques en Français Langue Étrangère : approche exploratoire des représentations cognitives du style, Mémoire de Master 2, Université Stendhal, Grenoble, France.

Dynamique recherche-terrain en contexte de surdité

Isabelle ESTEVE (Lidilem)

Résumé en cours de rédaction