|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

12 mars 17h30 salle des conseils

 

séminaire d’axe 2 avec M. Gasquet-Cyrus et D. Caussade

Médéric Gasquet-Cyrus (Aix-Marseille Université, LPL)

Normalisation et variation, ou la double contrainte des dictionnaires. Perspectives sociolinguistiques

La force normative des dictionnaires et leurs liens avec le pouvoir sont bien connus, à travers notamment les dictionnaires officiels, institutionnels, académiques conçus en vue d’une normalisation aussi bien linguistique que politique – ou bien politique à travers le linguistique : « La langue que décrivent ces dictionnaires, qu’on serait tenté de croire naturelle, est une langue instituée » (Balibar, 1985). Depuis le Moyen Age, les dictionnaires ont contribué à la grammatisation (Auroux, 1994) des langues vernaculaires, puis à leur standardisation, notamment en ce qui concerne les langues des Etats-nations européens : ils sont donc des instruments glottopolitiques de normalisation, contribuant à l’émergence et à l’individuation de langues.

Cependant, le dictionnaire peut aussi être conçu comme « un répertoire certes normativisant – officiel ou non – mais accordant aussi une place au phénomène de variation, que celle-ci soit linguistique, sociale ou culturelle. » (Rey et Reynés, 2012 : 11). L’ouverture à la variation régionale des grands dictionnaires de langue (comme en France le Robert et le Larousse), la rédaction de dictionnaires correspondant à des variétés endogènes (français québécois, français de Belgique...), ou encore la parution de nombre de dictionnaires, glossaires et lexiques associés à des variétés non standard (français régionaux, argots, parlers « jeunes » ou « des cités », sociolectes…) témoigne de cette prise en compte importante de la variation, que certains essaient de « saisir » et d’exhiber sous la forme dictionnairique.

Le principe général du dictionnaire repose sur la sélection de « mots » inclus dans une nomenclature, et de fait, l’exclusion d’autres. Cette double contrainte est gouvernée par l’impossible exhaustivité, mais aussi par l’incontournable subjectivité – individuelle ou collective – des « faiseurs de dictionnaires », qui n’échappent pas aux idéologies en circulation (Meschonnic, 2008). En matière de « langue », cela consiste à dresser une liste de mots censés appartenir à telle langue/variété, et donc en creux à exclure un certain nombre de termes qui a priori ne correspondent pas à cette langue/variété. C’est l’articulation entre ces deux pôles, normalisation – conçue triplement comme (i) normalisation formelle, (ii) normativisation d’ordre prescriptif et (iii) homogénéisation – et variation, qui sera interrogée ici.

Dans une perspective sociolinguistique, j’essaierai de voir comment certains dictionnaires constituent à la fois des tentatives de prise en compte de la variation mais aussi, de fait, des objets de normalisation qui participent de l’essentialisation de variétés ou de langues, dans le cadre de ce que j’ai pu appeler la « lexicographie identitaire » (Gasquet-Cyrus, 2007, 2012). Cette double contrainte sera examinée à travers des cas aussi différents que le Trésor du Félibrige de Frédéric Mistral (1878), le Dictionnaire du français contemporain des cités de Jean-Pierre Goudaillier (1997), le Dictionnaire du marseillais de l’Académie de Marseille (2006), et quelques autres exemples.

Au final, il s’agira de proposer une approche sociolinguistique des dictionnaires qui prenne en compte les caractéristiques même du genre, mais aussi les dimensions symboliques et l’impact des dictionnaires sur les pratiques et les représentations langagières.

Diane Caussade (Lidilem)

Protocole en voix parlée et voix chantée pour l’étude de la coordination/synchronisation gestes-voix chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

Dans la maladie d’Alzheimer, à notre connaissance les études sur la production bimodale de la communication n’abordent pas l’aspect concomittant gestes-parole. Nous ne connaissons pas non plus d’étude sur la communication comparant les modalités parlée et chantée. C’est pourquoi nous proposons un protocole expérimental visant à décrire les troubles de la coordination/synchronisation entre parole et gestualité manuelle en voix parlée et en voix chantée chez des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le protocole a été testé lors d’une étude de cas sur une patiente et une participante contrôle, ce qui nous a permis de recalibrer notre protocole et de l’étendre à une cohorte plus importante de participants. Nous présenterons ici en détail notre protocole, ainsi que les tendances que nous avons déjà pu observer.