|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Structures comparatives en polonais et en français Approche linguistique et discursive (DéLiCorTal)

 

Alicja Hajok (Université Pédagogique de Cracovie, Pologne),
vendredi 12 février, 13h30-15h,
salle du 2ème étage (Maison des Sciences de l’Homme)

Structures comparatives en polonais et en français
Approche linguistique et discursive
Etude comparée

L’objectif de ce travail est de proposer une étude de structures comparatives en polonais et en français. Ce travail se divise en deux parties.
La première partie est consacrée aux analyses linguistiques de la comparaison dans le but de créer des bases des marqueurs comparatifs applicables au traitement automatique du polonais et à la traduction automatique franco-polonaise. Les marqueurs de comparaison sont classés selon leur forme : simple, complexe (być podobnym do, jak+ ma kształt), discontinue (préfixe, suffixe, préposition), selon les catégories grammaticales auxquelles ils appartiennent et finalement selon les valeurs grammaticales qu’ils véhiculent : la valeur quantitative, la valeur qualificative.
La deuxième partie de ce travail propose une étude textuelle des suites comparatives. Le choix du corpus : les contes de fée, le roman policier et les textes scientifiques n’est pas aléatoire car dans chacun de ces textes on note une prédominance de certains marqueurs comparatifs. Dans les romans policiers, nous focalisons sur leur aspect prédicatif et la prédominance des verbes de comparaison. Dans les contes de fée, nous retenons en particulier les formes superlatives. Dans les textes scientifiques, nous notons les marqueurs comparatifs qui entrent dans les structures polylexicales.

Bibliographie :
Blumenthal Peter & Hausman Franz Josef (éds) (2006) : « Collocations, corpus, dictionnaires », Langue française. N°150, 2006.
Cohen, Jean, (1968) : « La comparaison poétique » in Langages 3e année, n°12. Linguistique et littérature, p. 43-51.
Combettes, B., Kuyumcuyan, A. (2007) : « Intensité et comparaison : étude diachronique des corrélations en si et aussi » in Travaux de Linguistique n°55.
Fuchs Catherine (2014) : La comparaison et son expression en français, Editions OPHRYS, 208.
Hajok Alicja, Grezka Aude, (2013) : « Des fables aux animaux il n’y a qu’une comparaison. Les fables, (re)vues par les linguistes », in (éds.) Muryn Teresa, Mejri Salah, Sfar Ines, Prażuch Wojciech (2013) : La phraséologie entre (à la croisée des) langues et (des) cultures : structures, fonctionnements, discours, wyd. Peter Lang, p. 13-29.ISBN 978-3-631-62755-6.
Grossmann, F., (2015) : « Les motifs du constat dans les genres scientifiques », in Beliakov, V., Mejri, S., (dir.) (2015) : Stéréotypie et figement. A l’origine du sens, Presse Universitaire du Midi, France, p. 39-56.
Guimier, Claude (2009) : « De la comparaison à l’énonciation : le cas de aussi bien que » in Langue Française, n°161, p. 97-114.
Hajok, A., (2015) : « La couverture phraséologique des textes spécialisés » in Muryn Teresa, Mejri Salah, : Linguistique du discours : de l’intra- à l’interphrastique, wyd. Peter Lang.
Legallois, D., Tutin, A., (2013) : « Vers une extension du domaine de la phraséologie », Langages 189, Larousse, Paris.
Legallois, Dominique (2006) : « Des phrases entre elles à l’unité réticulaire du texte ». In : Langages, 40e année, n° 163. Unité(s) du texte, Dominique Legallois (éds). p. 56-70.
Longrée D., Luong X. et Mellet S. (2008) : « Les motifs : un outil pour la caractérisation topologique des textes ». In S. Heiden et B. Pincemin (éds), JADT 2008, Actes des 9èmes Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, vol. 2, Lyon : Presses universitaires de Lyon : 733-744. http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt2008/pdf/Longrée-luong-mellet.pdf
Longrée, D., Mellet, S.,(2013) : « Le motif : une unité phraséologique englobante ? Étendre le champ de la phraséologie de la langue au discours » in Langages 189, Larousse, Paris.
Molina, Jésus Vázguez (2006) : « La négation des comparative » in Langages 162, Paris, p. 46-60.
Morel, M.A., (1980) : « Remarques sur l’emploi de la négation et de la coordination dans les structures comparatives, consécutives et concessives comportant une spécification du degré ou de l’intensité d’une qualité » in Cahier de Lexicologie, n°37, p. 35-48.
Muller, Claude (2006) : « La quantification par une fois et autant dans les comparatives d’inégalité : un défi à la logique » in Travaux Linguistiques CERLICO, N°17, Intensité, Comparaison, Degré – 1, p. 297-308.
Prandi, Michael (2011) : « Métaphore, similitude, à peu-près » in Le français moderne, n°1, p. 78-88.
Skommer, Grzegorz. (2006) : Wyrażenia porównawcze. Model struktury i semantyki porównań w języku polskim i norweskim, Wydawnictwo Naukowe UWAM w Poznaniu, p.250.
Tamba-Mecz, Irène (1979b) : « A propos de la signification des figures de comparaison » in L’information Grammaticale, N°1, p. 16-20.
Tutin Agnès, (2007) : « Autour du lexique et de la phraséologie des écrits scientifiques », Revue française de linguistique appliquée 2007/2 (Vol. XII), p. 5-14. http://www.cairn.info/revue-francaise-de-linguistique-appliquee-2007-2-page-5.htm
Tutin Agnès, (2013) : « La phraséologie transdisciplinaire des écrits scientifiques : des collocations aux routines semantico-rhetoriques » in L’écrit scientifique : du lexique au discours. Autour de scientext, Presses Universitaires de Rennes, Sous la direction de A. Tutin et F. Grossmann, p. 27-43.
Tutin, A., Grossmann, F., (2003) : Les collocations : analyse et traitement. Série E n°1. Edition De Wereit.
Viprey, Jean-Marie (2006) : « Structure non-séquentielle des textes » ». In : Langages, 40e année, n° 163. Unité(s) du texte, Dominique Legallois (éds). p. 71-85.