|Site de l'université Grenoble Alpes|
 

Soutenance de thèse, Sylvain Hatier

 

Mercredi 07 décembre 2016 à 14h00, Grande des colloques 4e étage - bâtiment G Stendhal

Identification et analyse linguistique du lexique scientifique transdisciplinaire. Approche outillée sur un corpus d’articles de recherche en SHS

Jury
- Agnès TUTIN, Université Grenoble Alpes, directrice
- Marie-Claude L’HOMME, Université de Montréal, Département de Linguistique et de Traduction
- Cécile FABRE, Université Toulouse Jean Jaur s, Laboratoire CLE-ERSS
- Alain POLGUÈRE, Université de Lorraine, IUF, Laboratoire ATILF
- Marie-Paule JACQUES, Université Grenoble Alpes, LIDILEM

Résumé
Cette thèse s’intéresse au lexique scientifique transdisciplinaire (LST), lexique inscrit dans le genre de l’article de recherche en sciences humaines et sociales. Le LST est fréquemment mobilisé dans les écrits scientifiques et constitue ainsi un objet d’importance pour l’étude de ce genre. Ce lexique trouve également des applications concrètes tant en indexation terminologique que pour l’aide à la rédaction/compréhension de textes scientifiques. Ces différents objectifs nous amènent à adopter une approche outillée pour identifier et caractériser les unités lexicales du LST, lexique complexe à circonscrire, situé entre lexique de la langue générale et terminologie. En nous basant sur les propriétés de spécificité et de transdisciplinarité ainsi que sur l’étude des propriétés lexico-syntaxiques de ses éléments, nous élaborons une ressource du LST intégrant informations lexicales, syntaxiques et sémantiques. L’analyse de la combinatoire à l’aide d’un corpus arboré autorise ainsi une caractérisation du LST ancrée sur l’usage dans le genre de l’article de recherche. Selon cette même approche, nous identifions les acceptions nominales transdisciplinaires et proposons une classification sémantique fondée sur la combinatoire en corpus pour intégrer à notre ressource lexicale une typologie nominale sur deux niveaux. Nous montrons enfin que cette structuration du LST nous permet d’aborder la dimension phraséologique et rhétorique du LST en faisant émerger du corpus des constructions récurrentes définies par leurs propriétés syntactico-sémantiques.